Il était une fois la lecture…

 

Il était une fois la lecture…

 

De l’école primaire au lycée, en passant par le collège, les ouvrages de littérature que les élèves sont censés[1] lire au cours de l’année en français sont choisis par le professeur de français. Quoi de plus normal après tout, pourrait-on penser.

Quelle serait la complication si les élèves choisissaient. On ne s’en sortirait pas, et quel serait leur choix ?

D’aucuns diraient qu’ils se contenteraient de BD ou de mangas.

Ce dernier se doit, en le faisant, de tenir compte du programme mais aussi des goûts de ses futurs élèves.

La difficulté à laquelle chaque professeur est donc confronté à un choix entièrement basé sur des hypothèses – on pourrait même dire des « a priori » – que l’on peut essayer de reformuler de différentes manières :

  • « Ce livre va leur plaire parce qu’il est court. »

  • « Ce livre au contraire est trop difficile et il comporte trop de pages pour leur niveau. »Dans ces deux hypothèses, le professeur tiendrait compte du goût et du niveau des élèves et s’appuierait donc pour formuler ses préférences sur son expérience personnelle et/ou professionnelle.Le professeur peut également trouver des arguments à caractère plus pédagogiques tels que :
  • « Ces ouvrages ne correspondent pas au programme. »
  • « Ces ouvrages n’ont aucun intérêt pour leur culture. »Ces raisons sont tout à fait cohérentes et justifiées chez un professeur, et plus encore, a fortiori, lorsqu’il démarre dans ce métier.

A cette indécision sur les titres vient s’ajouter celle du nombre : combien faut-il donner de livres à lire en classe de sixième, cinquième, quatrième…pour bien les préparer au baccalauréat de français qui aura lieu en classe de première.

Ainsi, les parents sont « demandeurs » de titres et d’ouvrages pour leurs enfants en vue non seulement de les préparer au « bac », mais aussi leur offrir toutes les chances de réussir et de devenir des adultes responsables ayant un minimum de culture littéraire et générale.Dès lors, le risque encouru serait que s’installe une tension entre le professeur, le « donneur d’ordres », les parents qui sont de « bons conseillers » et enfin les élèves eux-mêmes, qui doivent s’en contenter et ne rien dire.

Nous verrons donc progressivement, à travers d’autres arguments et exemples concrets, que la liberté des élèves et leur propension à choisir étant tues, il reste donc peu d’espace à leur identité individuelle.

 
A suivre…

[1]  L’emploi du verbe « censés » au lieu de « doivent » n’est pas anodin en raison de l’évolution des technologies informatiques. Aujourd’hui, un professeur – même en faisant une évaluation – peut-il avoir la certitude que l’élève a lu intégralement un livre ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.