Analyse de séances – FLE

Il s’agit ici d’une séance élaborée par un professeur de français en matière de production écrite individuelle dans une classe de FLE composée d’adultes non francophones A2.

Objectif communicationnel : communiquer sur le quotidien (le temps)

Objectif lexical : utiliser un vocabulaire simple en rapport avec l’expression du temps

Remarque : qu’entend-il par l’adjectif “simple” : ce qui est simple pour nous, l’est-il à un même niveau pour tous ?

Objectifs grammaticaux :

-Relier des phrases avec des connecteurs simples (hier, demain, …)

Remarques :

1. On retrouve à nouveau l’adjectif “simple” : par opposition avec quels connecteurs dits compliqués ?   

2. “Relier des phrases ou des propositions” ? Il faudra à un moment ou un autre montrer la différence.                         

– utiliser, avec le temps adéquat, des structures de phrases  simples : sujet, verbe, complément

Remarque : qu’entend-il par “temps adéquat” ? il faut déjà bien expliciter le sens “d’adéquat” et peut-être modifier la formulation : car c’est le choix du connecteur qui nous aide à trouver le temps qui convient. Ex : on ne pourra pas dire : “Hier, j’irai à la piscine” ni “demain, j’ai fait du vélo.”

Tâche : production écrite individuelle

Matériel : feuille, photos de quartiers de Paris : des récentes liées à une sortie, des photos anciennes de ces mêmes quartiers visités

Remarque : autre proposition → feuille  de papier (blanche ? à carreaux ?), des photographies récentes de quartiers de Paris se rapportant à sorties ou visites et des photos plus anciennes de ces mêmes quartiers.

Descriptif :

Il s’agit pour 14 apprenants non francophones adultes d’écrire un petit texte descriptif sur deux photos d’un quartier : une ancienne, une nouvelle issue des archives de la ville de Paris.

Modification : plus qu’un descriptif ce serait un objectif à atteindre pour ces quatorze apprenants adultes, non francophones (dont l’âge ni la provenance n’ont pas été précisés – alors que cela est important afin d’évaluer le niveau de chacun – et qui consiste à acquérir une compétence rédactionnel de type descriptive.

Support : cette écriture n’est pas libre mais a pour appui et aide deux photos de quartier. La production écrite sera donc libre et laissera peu de place à l’imagination.

Les photos étant exposées, les apprenants en choisissent deux qui leur plaisent.

_Puis individuellement ils rédigent leur texte de quelques phrases en faisant ressortir les transformations du quartier à l’aide des connecteurs hier / aujourd’hui. Ils ont le choix du nombre de phrases. Ils pouvaient écrire deux phrases ou deux paragraphes de plusieurs phrases.

_A la fin,  j’ai affiché  les productions au tableau et j’ai interrogé les élèves sur ces productions. Je les ai amenés à s’interroger sur la syntaxe  et notamment le bon usage des temps (passé / présent).

La difficulté de l’exercice est liée à la production. En effet, cet exercice sert à initier des apprenants peu habitués à produire en français. L’apprenant doit donc gérer une part importante de stress. Passé ce premier moment, l’exercice a plu aux apprenants et à la fin cela a même provoqué de façon spontanée une réflexion sur les transformations technologiques (charrette / voiture) et paysagères (maisons en briques / immeubles en béton).

Remarque :

→ Autre proposition :

Descriptif (ou déroulement) :

  • Il s’agira pour 14 apprenants adultes, non francophones, d’écrire un petit texte descriptif se rapportant à deux photographies d’un quartier : une plus ancienne et une plus récente.
  • Une fois exposées au mur, les apprenants choisiront les deux photographies qui leur plaisent.
  • Puis individuellement ils rédigeront un texte de quelques phrases, en faisant ressortir les transformations du quartier à l’aide des connecteurs “autrefois et aujourd’hui (de nos jours)”.
  • Longueur de rédaction conseillée : entre deux et dix phrases.
  • A la fin de la séance,  les productions seront affichées au tableau et les apprenants parleront de leur production.
  • Ils devront notamment se justifier sur la syntaxe et la cohérence des temps (passé / présent).

A noter :

La difficulté de l’exercice est liée à la production. En effet, cet exercice sert à initier des apprenants peu habitués à produire en français. L’apprenant doit donc gérer une part importante de stress. Passé ce premier moment, l’exercice a finalement plu aux apprenants et a même provoqué de façon spontanée une réflexion sur les transformations technologiques (charrette / voiture) et paysagères (maisons en briques / immeubles en béton).

Appréciation des apprenants :

C’est un exercice qui a beaucoup intéressé les mes apprenants :

_ C’est un exercice car il est rapport avec leur quartier, la ville où ils habitent. Le cadre leur était donc familier. (Donc je pense que les élèves se sont sentis très concernés par l’exercice.)

_ Ils ont éprouvé le plaisir de produire malgré le stress de la feuille blanche, les deux photos choisies étant de bons déclencheurs pour produire.

_ Quand on a lu les productions, ils ont été heureux de voir que ces productions ont provoqué des réflexions sur leur vie. L’exercice sortait du cadre purement scolaire.

_ Le résultat donnait de la confiance et développait l’envie de s’exprimer à l’écrit comme  l’oral.

 

(Cet exercice est possible en français pour des élèves de sixième pour lever les craintes de la feuille blanche. Il est aussi possible en petit groupe  pour des élèves de 5è, 4è, 3è eux aussi en difficulté en production d’écrit)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.