Des relations par et avec les oeuvres littéraires

Carmen de Mérimée en classe de quatrième (septembre 2013).

Après avoir lu le livre que j’avais donné à lire, une élève me dit que ce livre ne lui avait pas plu parce qu’elle n’avait pas réussi à s’identifier au personnage de Carmen.

Elle ajoute encore que les textes qu’elle préférait lire étaient « ceux qui étaient écrits à la première personne. » Lorsqu’on lui demande pourquoi, elle répond : « que c’est ceux où je peux me retrouver…et m’y reconnaître. »

L’une des raisons pour lesquelles un ouvrage pourrait donc plaire aux jeunes d’aujourd’hui, serait sa capacité à les rejoindre dans ce qui constitue leur identité. Autrement dit, et comme le rappelait Serge Martin lors de son premier séminaire du 23/09/2013 (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) :  » La vie des œuvres passe par des  relations qui se créent dans et avec les œuvres littéraires. »

Ainsi une œuvre littéraire est vivante et revit grâce à celui qui la lit.

Toute œuvre n’a donc pour seule existence que celle que lui donne un (son) lecteur. Il l’accueille et la reconnaît dès lors qu’elle renvoie à son « historicité », pour reprendre un terme de M. Serge Martin. Cette historicité qui constitue l’identité d’un être et qui fait de lui un sujet.

Dans l’extrait ci-dessous, tiré du chapitre II du livre Carmen de Prosper Mérimée, on peut voir à quel point l’effort l’identification est d’une complexité redoutable d’autant, qu’in fine, comme le souligne M. Martin, l’expression  » Mêlant nos fumées, nous causâmes si longtemps, la belle baigneuse et moi, que  nous nous trouvâmes presque seuls sur le quai ». Il s’agit donc bien d’un emmêlement identitaire, dans le sens où ils sont amoureux !

On peut donc dire que, même si la narration est effectivement à la première personne, c’est une personne (un « je ») qui est hypnotisée par  » la fumée  » qui en est la preuve et l’expression inaugurale :  » à l’heure où l’on ne voit plus rien ». Derrière ce « on », dans lequel le lecteur est inclus, le processus d’identification se complexifie, aussi, l’identité est-elle toujours d’altérité…

« Un soir, à l’heure où l’on ne voit plus rien, je fumais, appuyé sur le parapet du quai, lorsqu’une femme, remontant l’escalier qui conduit à la rivière, vint s’asseoir près de moi. Elle avait dans les cheveux un gros bouquet de jasmin, dont les pétales exhalent le soir une odeur enivrante. Elle était simplement, peut-être pauvrement vêtue, tout en noir, comme la plupart des grisettes dans la soirée. Les femmes comme il faut ne portent le noir que le matin ; le soir, elles s’habillent a la francesa. En arrivant auprès de moi, ma baigneuse laissa glisser sur les épaules la mantille qui lui couvrait la tête, et, à l’obscure clarté qui tombe des étoiles, je vis qu’elle était petite, jeune, bien faite, et qu’elle avait de très grands yeux. Je jetai mon cigare aussitôt. Elle comprit cette attention d’une politesse toute française, et se hâta de me dire qu’elle aimait beaucoup l’odeur du tabac, et que même elle fumait, quand elle trouvait des papelitos bien doux. Par bonheur, j’en avais de tels dans mon étui, et je m’empressai de lui en offrir. Elle daigna en prendre un, et l’alluma à un bout de corde enflammé qu’un enfant nous apporta moyennant un sou. Mêlant nos fumées, nous causâmes si longtemps, la belle baigneuse et moi, que nous nous trouvâmes presque seuls sur le quai. »

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.