Proposition de lecture en quatrième

On peut, à titre d’exemple, envisager d’introduire en classe de quatrième l’ouvrage de Thierry Jonquet, intitulé La Vigie (alors qu’il est conseillé en troisième) dans le cadre de l’étude de la nouvelle réaliste, en raison de sa brièveté et surtout de la richesse de son réalisme toponymique. Beaucoup de noms en effet, tels que Feucherolles-les-Essarts[1] – que l’on trouve dans l’incipit- ou encore Vimeux[2], Chilloy[3], sont des pures inventions de l’auteur. Mais à moins d’être un expert en géographie, nul ne peut remettre en cause l’authenticité de ces noms.

Car – comme il est précisé en note – « ce nom de commune n’existe pas (…) mais paraît réel par sa composition et sa sonorité. [4]»

Ainsi la richesse de la toponymie de ce livre – qui par ailleurs n’est pas le seul élément intéressant de l’oeuvre – nous permet d’étudier et de comprendre ce qu’est une nouvelle réaliste.

Ce genre bref, dont l’une des principales caractéristiques est la création d’histoires – qui sans être vraies – en ont toute l’apparence et la consistance.

On ne peut s’empêcher de penser à l’écrivain français, maître en cet art de rédaction de nouvelles, qu’était Guy de Maupassant.

Auteur de plus de trois cents nouvelles, dont le texte concis et plein d’étrangeté parfois reste facilement abordable pour des collégiens.


[1]    JONQUET, Thierry, La Vigie, Flammarion, « Etonnants classiques », 2013, pour l’appareil critique de la présente édition, chapitre 1, page 27.

[2]    Ibid, p.28

[3]    Ibid, p.28

[4]    Ibid., p. 28


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.