Qui te connaît ?

Questionnaire à destination des collégiens et lycéens.

 

« Approches et enjeux pour les élèves d’une réflexion sur la question de l’identité-altérité à travers la littérature dans l’enseignement secondaire » 

 

 

Problématique :

Pouvons-nous trouver dans la littérature un modèle d’investigation de ce rapport d’identité-altérité des jeunes adolescents dans le cadre de l’enseignement secondaire ?

 

Et si oui, en quoi cette réflexion sur la littérature et d’auteurs qui ont parlé sur eux-mêmes peut permettre aux jeunes d’aujourd’hui de mieux cerner leur identité et leur rapport aux autres. Ce travail visera donc à trouver, dans un certain type de littérature, des auteurs, et à travers l’analyse de leurs écrits, des moyens efficaces pour instaurer une relation plus saine entre jeunes collégiens et lycéens. Ce faisant, cette recherche aura pour finalité de favoriser l’acceptation de l’autre dans le respect de sa différence.

 

Objectifs :

 

Ce questionnaire a donc pour but d’apprécier quelle connaissance a le jeune de son identité propre en lien avec autrui en vue d’instaurer une relation plus respectueuse de l’identité de chacun.

Nous chercherons principalement à discerner la part de liberté de chaque personne au sein de cette relation, ou si, au contraire, dans certains cas l’une des personnes concernée par cet échange relationnel ne fait pas usage d’un pouvoir dominateur sur l’autre, que celui-ci soit conscient ou non.

On cherchera à travers ce questionnaire à voir quel regard chacun porte sur lui et sur l’autre, et d’autre part, on tentera d’être attentifs aux effets produits par cette investigation. Les personnes interrogées en ressortiront-elles satisfaites, apaisées ou bien contrariées ?

Pour expliciter un peu le sens de cette démarche, il faudrait dire ce qui la motive et par suite quelles en sont les attentes. Ces dernières, au stade actuel de cette recherche, sont au nombre de trois : la première à caractère plus éthique vise tout d’abord une meilleure connaissance et perception de soi, au sens aristotélicien de recherche d’une vie bonne[1], à travers une plus juste relation avec soi-même et par suite avec les autres. Ce premier objectif aboutira très probablement sur un effort relationnel bipartite, en vue d’accéder à un épanouissement de soi dans le respect de l’autre et l’acceptation de sa différence.

La seconde attente serait d’instaurer entre soi et autrui une relation plus équitable et normative, c’est-à-dire une relation où chacun puisse librement développer ses capacités personnelles et se réaliser pleinement, tout en étant attentif à autrui et avec le souci d’un intérêt commun.

La troisième attente enfin consisterait à atteindre une certaine harmonie de soi, ou tout au moins un équilibre, lequel passe inévitablement par une acceptation de soi et de son identité, profonde puisque, comme le dit Jean-Michel Maulpoix, dans son blog intitulé Jean-Michel Maulpoix & Cie[2], en hommage à Paul Ricoeur (mort en 2005) :  « établir l’identité d’un être, c’est découvrir ce par quoi il demeure semblable à lui-même à travers le temps, qui est facteur de dissemblance . C’est en quelque sorte déceler l’idem de son ipse. »

Autrement dit, au cœur des différentes fluctuations morales et mutations physiques, dues à l’âge, l’être conserve un fonds inchangé et inaltérable : « sa mêmeté » pour reprendre l’appellation propre à Ricoeur. Il l’explicitait d’autant mieux lorsqu’il qualifiait cet état d’invariabilité de l’être lorsqu’il parlait d’ “ invariant relationnel[3] ”Ce que l’on peut exprimer par ces mots de façon plus simple : ce que j’étais étant petit, je le suis encore maintenant et mon égo restera inchangé jusqu’à la fin de ma vie. 

 

Le maintien de soi, c’est pour la personne la manière telle de se comporter qu’autrui peut compter sur elle. Parce que quelqu’un compte sur moi, je suis comptable de mes actions devant un autre. Le terme de responsabilité réunit les deux significations : compter sur…, être comptable de… Elle les réunit, en y ajoutant l’idée d’une réponse à la question : “ Où es-tu ? ” posée par l’autre qui me requiert. Cette réponse est “ Me voici! ” Réponse qui dit le maintien de soi.[4]

 

Questions : 

 

Dans le cadre de cette recherche, qui est axée sur les textes littéraires, nous nous limiterons à un échantillon d’élèves appartenant aux niveaux suivants : classe de sixième, de quatrième, de seconde et de première.

Les raisons qui ont motivé ce choix sont principalement les changements que ces classes occasionnent chez les jeunes : entrée au collège et entrée au lycée, modification de l’attitude à cause de l’adolescence ou pré-adolescence, choix importants voire décisifs pour l’avenir.

Et enfin, l’opposition entre la classe de quatrième : un niveau avec, dans l’ensemble, des élèves plus insouciants du fait de l’absence d’examen, le brevet arrivant en troisième ; et la classe de première avec l’enjeu du baccalauréat et la motivation – et le stress – qu’elle déclenche dans un grand nombre de cas.

 

Questions posées au jeune :

 

L’important sera ici d’écouter les réponses des jeunes sans se précipiter à donner nos propres réponses et/ou point de vue. Nous ne le ferons qu’en cas de nécessité, c’est-à-dire en cas de non-compréhension de la question ou besoin de plus d’éclaircissements.

 

Premier élève interrogé : A.O en classe de sixième, dans un collège public d’Ile-de-France.

Je lui ai posé les questions oralement et j’ai retranscris ses réponses sous forme de prise de notes. J’ai conservé ses réponses à l’identique en modifiant seulement la syntaxe lorsque c’était nécessaire.

 

  1. As-tu déjà lu, ou tout au moins entendu parler des Confessions de Saint Augustin ou de Rousseau ?

R : J’ai déjà vu le livre de Rousseau ; quelqu’un l’avait emprunté à la bibliothèque…c’était un vieux livre qui ne donnait pas trop envie de le lire.

Je précise que c’est un élève qui a une très bonne mémoire visuelle, c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles il s’en est souvenu.

Souvent sujet à confusion, il est important de préciser la différence entre se rappeler et se souvenir :

le premier consiste à reconnaître un objet ou une information en se trouvant confronté de nouveau à lui ou à elle (en le revoyant ou en réentendant) ; le second revient à citer l’information sans être aidé d’un contexte extérieur, en faisant uniquement appel à sa mémoire. Or, c’est bien le cas ici puisque le jeune n’avait pas l’ouvrage sous les yeux.

 

  1. Que penses-tu d’un tel titre ?

R : Je pense que l’auteur y raconte des secrets de sa vie.

 

  1. Comment le comprends-tu ? Qu’est-ce que pour toi des confessions ?

R : Il s’agit de plusieurs secrets. L’auteur confie sa vie à d’autres, des proches sur ce qu’ils ne savent pas.

J’ajouterai ce qu’ils (ses proches) ne savent pas sur lui ou mieux n’ont pas su de son vivant.

 

  1. Si l’on te demandait de définir l’identité, que dirais-tu ?

R : Ce sont les éléments qui figurent sur notre carte d’identité. Tout y est écrit : taille, âge, détails administratifs, nationalité, signature, sexe, adresse, délivré à…, etc.

Là encore c’est de mémoire que le jeune restitue tous ces éléments, sans avoir l’objet en question sous les yeux. On peut donc souligner l’exactitude et la précision des informations.

 

  1. Que représente pour toi ta propre identité ? Et celle d’autrui ?

R : C’est mon identité personnelle, elle est unique c’est comme une confession.

C’est-à-dire ? (ajoutai-je pour lui permettre d’expliciter ses propos)

R : C’est à nous, comme un secret que l’on garde et on ne le dit qu ‘aux gens à qui on fait confiance.

On peut penser que les questions précédentes lui inspiré ce terme de « confessions » qui lui a servi dès lors à expliciter sa pensée. Si l’on s’en tient à sa réponse et à la comparaison qu’il utilise on peut dire qu’il y aurait une identité cachée au fond de soi et qui ne serait pas visible à tous. Seuls certains éléments seraient divulgables, ce sont ceux qui figurent sur la carte dite d’identité.

 

  1. Penses-tu que l’on puisse parler de l’identité d’un autre ?

R : Non, car je ne suis pas dans son corps.

Autrement dit, pour parler de l’autre et saisir son identité, il faudrait être à sa place et donc être lui.

 

  1. Qui, d’après toi, te connaît bien ? Pourquoi ?

R : Mes parents (à 100 %) parce qu’ils m’ont éduqués, parce qu’ils sont souvent avec moi et qu’ils s’intéressent à moi.

Qu’est-ce qu’éduquer pour toi ? C’est apprendre à parler, à marcher, à manger, à boire, etc.

Qui après tes parents te connaît bien ? Mon frère.

Pourquoi ? Parce qu’il est souvent avec moi.

Plusieurs remarques : la réponse de ce jeune, que je connais un peu, m’a fortement surprise, en particulier lorsqu’il m’a dit que ses parents le connaissaient en tout point mieux que personne. D’autant plus qu’il a une relation conflictuelle avec ses parents et que, de ce fait, il a tendance à tout garder pour lui (« ses secrets », comme il l’a dit plus haut). Ensuite, l’autre point à souligner, c’est la question de la fréquentation – qui revient à deux reprises- pour ses parents et pour son frère. On peut donc en déduire que la connaissance est dépendante d’une certaine familiarité ou relation entre personnes.

 

  1. Qu’y a t-il d’intéressant, pour celui qui l’écrit, à parler de soi et d’enrichissant pour le lecteur à lire la vie d’un autre ?

R : Cela peut être utile lorsque l’on est timide et que l’on s’exprime mieux par écrit. Cela sert pour l’auteur à s’expliquer et au lecteur de mieux le connaître.

Toujours dans le principe des secrets, on retrouve cette idée de révélation de choses cachées au fond de l’autre, difficiles à dire verbalement et que la distance – qu’offre l’écriture – permettrait d’éclaircir.

 

  1. L’ auteur d’un ouvrage littéraire autobiographique ou autre peut-il vous aider à mieux vous connaître ?

R : Non parce qu’il n’est pas moi.

Réponse évidente et prévisible si l’on se réfère à sa réponse à la question 6.

Ainsi chacun ne pourrait que parler de lui pas de l’autre puisque chaque être est particulier, unique, habitant chacun son propre corps non celui de l’autre.

 


[1] « La vie a elle toute seule, encore une fois, est bonne et agréable… » écrit Aristote dans son ouvrage Ethique à Nicomaque, Livre de Poche (LP 9), LGF, 1999, p. 384, § 9.

[2] http://www.maulpoix.net/ricoeur.htm(consulté le 26/04/2013)

[3]             RICOEUR P., Soi-même comme un autre, Paris, Éd. du Seuil, 1990.

[4]             Ibid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.