Où fuir loin de moi-même ?

Saint-Augustin, Confessions (397-398)

 

1. Jeux d’enfants et jeux d’adultes :

 « Les jeux des hommes, on les appelle affaires ; et bien que ceux des enfants leur ressemblent fort, les hommes les punissent, et nul n’a pitié ni des enfants ni des hommes, ni des uns et des autres.[1] ».

A travers cette citation, Saint Augustin cherche à faire prendre conscience aux hommes de l’une de leur erreur. Il prend pour exemple les « jeux » – on pourrait parler aujourd’hui divertissement – les invitant à plus d’indulgence que ce soit à l’égard des êtres plus jeunes (les « enfants ») ou de ses pairs (les « hommes »). Saint-Augustin sans aller jusqu’à parler de tolérance a tout au moins le souci de faire advenir chez les humains plus d’humanité. Aussi plus que de sentiments, cette prise de recul est avant tout une prise de conscience qui fait appel à la raison. C’est également le principe même de la maïeutique socratienne qui avait pour finalité d’amener les hommes à admettre leur ignorance en vue d’atteindre la vraie connaissance[2].

 

2. La contrainte scolaire, son bienfait :

« Dans cette enfance, que l’on croyait moins dangereuse pour moi que l’adolescence, je n’aimais pas l’étude, et j’avais horreur d’y être contraint. On n’y contraignait pourtant, et je m’en trouvais bien, sans agir bien, car je n’aurais rien appris, si on ne m’y avait forcé. Ce n’est pas bien agir qu’agir de mauvais gré, même quand ce qu’on fait est bon. »

(…) « En me forçant à apprendre, ils n’avaient en vue que de me donner le moyen d’assouvir les insatiables passion d’une riche indigence et d’une ignominieuse gloire[3]. »

Ici c’est davantage un regard sur soi, un regard introspectif que pratique Augustin sur sa propre personne

 

3. Immuabilité d’un être :

« Et je restais pour moi-même comme un lieu désolé où je ne pouvais me tenir et que je ne pouvais quitter. Où mon cœur aurait-il pu s’enfuir de mon cœur ? Où fuir loin de moi-même ? Où échapper à ma propre poursuite[4] ?

 

4. Eloge d’autrui :

  • « Ainsi on entend louer un homme et on l’aime, bien qu’il soit loin de nous. Serait-ce que l’amour passe dans la bouche du louangeur dans le cœur de celui qui l’écoute. »
  • « Non, mais l’amour de l’un s’enflamme au contact de l’amour de l’autre. On aime celui qu’on entend louer, quand on croit que la louange vient d’un cœur sincère, c’est-à-dire que c’est l’affection qui l’inspire. [5]»

Quant à ce rhéteur (Hiérius, un orateur de Rome) dont il dit : « Je ne connaissais pas, je ne l’avais jamais vu, mais j’avais de la sympathie pour sa personne en raison de sa renommée de savant et pour certaines paroles qu’on m’avait rapportées et qui m’avaient plu. »

Il ajoute encore :

« (…) il appartenait à cette espèce d’hommes que j’aimais au point de vouloir leur ressembler. [6]»

 5. Paix et division :

« Au surplus, comme dans la vertu j’aimais la paix, et que dans le vice, je détestais la discorde, je voyais remarquer unité dans l’une et division dans l’autre. Dans cette unité me semblait consister l’âme raisonnable, l’essence de la vérité et du souverain bien. [7]»

 

6. Par l’écriture d’autrui, nous apprenons à mieux vivre :

Augustin découvre les catégories d’Aristote . Cet ouvrage intitulé Les dix catégories qu’Augustin a « lu et compris tout seul » . Il dit encore ceci : « Ce livre me semblait traiter assez clairement des substances, de l’homme par exemple, et de ce qu’il a en elles, comme forme de l’homme (…) sa parenté, de qui il est frère…[8] »

7. L’éloignement de soi :

« Et moi, où étais-je, quand je vous cherchais ? Vous, vous étiez devant moi. Mais moi, je m’étais perdu, je ne me retrouvais pas, je vous retrouvais bien moins encore.[9] »

8. Soi et l’autre :

«Lorsque j’entends tel ou tel chrétien mon frère, montrer dans ses propos l’ignorance de ces problèmes et confondre une chose avec l’autre, je considère ses opinions avec patience.[10] » (tolérance)

Ces paroles pleines de sagesse nous invite à la tolérance et à rester humble. C’est une certaine forme de renoncement à soi et d’acceptation d’autrui.

9. Mensonge ou vérité ?

« Je savais donc déjà par vous (Dieu) qu’on ne doit pas tenir pour vraie une pensée parce qu’elle s’exprime éloquemment, ni pour fausse parce que les lèvres la traduisent par des sons dénués d’art ; et qu’au contraire, une pensée n’est pas vraie parce qu’elle est énoncée simplement, ni fausse parce que la forme en est brillante ; mais que la sagesse et la sottise sont comparables à des aliments salubres et malsains, et le style élégant ou non à une vaisselle précieuse ou grossière : on peut y servir aussi bien les deux sortes de mets.[11] »

 

 


[1]     SAINT-AUGUSTIN, Confessions, Gallimard, 1993, Paris, Folio classique, n° 2465 ; page 25.

[2]     Pour plus d’informations sur les apports de Socrate dans le domaine de la réflexion philosophique se reporter  au site de l’Académie Socrate à l’adresse suivante : http://www.academiasocrates.com/socrate/maieutique.php – Consulté le 15/07/2013

[3]     Ibid, pp. 27-28

[4]     Ibid, p. 73

[5]     Ibid, Livre quatrième, p. 79.

[6]     Ibid, Livre quatrième, p. 79

[7]     Ibid, Livre quatrième, p. 81

[8]     Ibid, Livre quatrième, p.83.

[9]     Ibid, Livre cinquième, p. 87

[10]    Ibid, Livre cinquième, p. 89

[11]    Ibid, Livre cinquième, p. 93

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.