La voix d’un “Little brother”

Little Brother (vidéo en v.o).

Little brother1 c’est le titre d’un ouvrage de Cory Doctorow2, un blogueur, journaliste et auteur de science-fiction canado-britannique.

C’est aussi le surnom d’un jeune garçon américain de dix-sept ans qui – pour défendre ses droits de citoyen américain et exprimer sa liberté civique patriotique – va, grâce aux nouvelles technologies, s’opposer et s’attaquer au DHS (Department of Homeland Security) 3.

Dans cet ouvrage, d’une épaisseur comparable à celle d’Harry Potter, puisqu’il compte quatre cent quarante-deux pages, l’auteur nous livre l’étendue de sa science informatique et entremêle action, passion et exploration des internautes.

On peut y percevoir, souvent avec humour, la voix de Marcus – caché derrière l’identifiant « M1k3y » – le héros du roman. Sa voix lui donne consistance et révèle la force de caractère de ce jeune.

Arrêté par le DHS, il désigne ceux qui l’arrêtent par des périphrases afin de les rendre familiers au lecteur. On peut citer notamment « Coupe en brosse » pour qualifier une employée du DHS, qui ne sera réellement nommée qu’à la fin de l’histoire : Carrie Johnston4 .

La voix du personnage prend consistance de différentes formes telles que :

  • l’interpellation du lecteur (l’autre) : « Croyez-le ou non »5 ou encore « Même si vous n’avez jamais mis les pieds à San Francisco, vous avez sûrement déjà vu le Golden Gate en photo.6..». Cette phrase qui est au présent – est une parole adressée directement à un Autre présent. L’énonciateur Marcus cherche à créer une relation concrète et réelle. Il veut se faire entendre et donc être compris.

  • la présence de mots ou expressions en italique qui donne sens à la voix (et singularité) du personnage : « on avait juste envie de rire avec elle ». Pourquoi l’auteur a-t-il mis avec en italique ? Certes pour souligner cet adverbe, mais dans quelle intention, si ce n’est de dire et de signifier que pour lui c’était important ?

  • une oralité très expressive et une volonté de retranscrire le langage parlé usuel des jeunes : « En gros, vous dites que les flics …7» ; « Le wifinder de mon téléphone clignotait comme un fou – il y avait des points d’accès en veux tu en voilà…8 ». Faut-il encore se demander qui sont les destinataires de ce livre ? Les jeunes bien sûr, qui sans aucun doute s’y retrouveront sans problème.

    Ainsi l’Autre (au sens d’autrui) que je ne connais pas, pure fiction se fait corps, être et personne par son langage, par sa Voix.

    Enfin, Marcus devient plus encore Présence en faisant émerger son être spécifique lorsqu’il s’exclame « La photo. Moi. » Il est celui auquel la photo renvoie. Singularité, unicité. Son Moi, c’est Lui.

 Désir de vengeance ou de revanche, amitiés, vie familiale et scolarité marquées par des heurs et des bonheurs.

En somme, un livre divertissant qui permet aux jeunes de réfléchir sur le sens de leur identité et la valeur de leur vie : « La vérité – nous dit l’auteur – c’est que nous ne pouvons pas compter sur quelqu’un d’autre, pour nous aider à nous sentir libres.9 » S’appuyer sur soi et donner sens à sa vie est fondamental car comme le rappelle (aux jeunes) Cory Doctorow : « Il n’y aura pas de M1k3y pour voler à notre secours le jour où nos libertés auront été enterrées par la paranoïa10. M1k3y doit être en chacun de nous. » Et nous pas chacun de nous. »

Modèle de courage, de force et d’endurance il doit permettre à chacun de se frayer un chemin et de trouver sa Voix, et ce « quel que soit l’avenir qu’on nous réserve, la liberté ne se gagne pas à grand renfort de systèmes de sécurité, de cryptographie (…) Elle se gagne par le courage et la volonté de vivre notre vie librement… 11»

Autrement dit, être soi-même quel qu’en soit le prix est une vraie liberté !

 ——————————

1 DOCTOROW, Cory, Little brother, Presses Pocket, 2012 pour la traduction et la présente édition.

2 Voir sa biographie à l’adresse suivante : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cory_Doctorow – Consulté le 28/12/2013.

3 Pour plus d’informations, se reporter au site : http://www.dhs.gov/ – Consulté le 28/12/2013.

4 DOCTOROW, Cory, Little brother, Presses Pocket, 2012 pour la traduction et la présente édition. Epilogue, p. 419.

5 Ibid., p. 44 ou p. 99.

6 Ibid., p. 79.

7 Ibid., p. 243.

8 Ibid., p. 380.

9 Ibid., « postface », p. 435.

10 La paranoïa (du grec παράνοια, paranoïa; des mots παρά (para) : à côté de, et νόος (noos) : l’esprit) est un trouble mental manifesté par des difficultés relationnelles, des troubles du comportement et un sentiment de persécution pouvant aller jusqu’à un point d’irrationalité et de délire (délire paranoïaque). La pensée paranoïaque inclut typiquement des croyances de persécution liées à une menace perçue comme provenant des individus (jalousie, délires, etc.). Historiquement, cette caractérisation a été utilisée pour décrire un état délirant. La paranoïa n’est pas un trouble anxieux mais une psychose. Elle implique essentiellement, non pas un sentiment d’angoisse ou de peur, mais des dérèglements de la pensée (jugement faussé, erroné) dont le malade n’a que rarement conscience. Il est opportun d’en différencier la personnalité paranoïaque, qui est un caractère particulier chez certains sujets, mais sans développement d’un délire (même si une personnalité paranoïaque peut évoluer vers une authentique paranoïa). Au début du XXIème siècle, dans un sens dérivé, le langage commun ou journalistique utilise le terme « paranoïa » pour rendre compte de traits de personnalités caractérisés par une extrême méfiance ou une grande suspicion, qui ne sont pas pathologiques. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paranoïa – Consulté le 28/12/2013.

11 Ibid., « postface », p. 436..

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.