De la singularité des goûts…

Des goûts singuliers

 

C’est ainsi, au gré des lectures, que vont se former nos goûts littéraires, qui exprimeront notre sensibilité, une partie de notre identité et éveilleront en nous des émotions. L’admiration, ou le « plaisir » pour reprendre le terme de Roland Barthes, peut émaner d’éléments totalement insolites ou inattendus. Personnellement, j’apprécie particulièrement les œuvres de Fédor (ou Fiodor Dostoïevski), un auteur russe, connu notamment pour Les Pauvres gens[1], Le Joueur, Les Possédés (ou Les Démons[2]), ou encore Les Frères Karamazov[3].Outre la fluidité du langage que l’on peut observer, il y a aussi beaucoup de finesse dans le style et un charme tout particulier dans le travail toponymique afférent à l’identité des personnages. Quel que soit l’ouvrage, ce phénomène de dénomination plurielle et complexe est présent. Cela peut aux yeux de certains paraître déstabilisant, à tel point qu’un lecteur inattentif risquerait en effet de s’y perdre. Dans l’Éternel mari par exemple, le personnage principal nommé Veltchaninov, un homme, qui en apparence, « débord[ai]nt de santé [4]», et qui en réalité, comme beaucoup de personnages de Dostoïevski, « souffrait cruellement d’hypocondrie ». Cet homme va rencontrer, par hasard, un homme dit « Le Gospodine au chapeau de crêpe »[5], cet homme désigné tout d’abord par une périphrase (1), n’est autre que Pavel Pavlovitch (2) ou Troussotski (3), soit trois noms pour un seul et même personnage, l’époux de Nathalia Vassilievna avec qui Veltchaninov a eu une fille, avant qu’elle ne meure, et qui se prénomme Lisa. De la même façon, Veltchaninov est parfois appelé Alexeï Ivanovitch.

On peut dire que ce texte est plein de la voix et des commentaires personnels de l’auteur qui use du discours indirect libre avec beaucoup d’aisance :

« Lorsqu’elle eut fini, Veltchaninov se mit à louer chaleureusement non pas son jeu, mais Haydn et particulièrement l’œuvre qu’elle venait d’exécuter. Katia se montra si heureuse et reconnaissante que les éloges s’adressassent à Haydn et non pas à elle, que Veltchaninov, malgré lui, la regarda plus attentivement, plus affectueusement. Oh ! mais tu es charmante ! ces paroles se lisaient dans son regard, regard que tout le monde comprit, surtout Katherina Phedossievna[6]. »

Katia et Katherina sont deux sœurs, toutes deux filles de M. et Mme Zakhkebinine. La première, plus jeune, elle n’a que quinze ans[7], a été choisie par Pavel pour devenir son épouse. L’aînée en a vingt-quatre.[8]

A ce détail on pourrait déjà voir – outre la beauté, qui peut expliquer la préférence de Pavel – la cruauté (maladive ?) du personnage qui s’impose comme futur époux à une toute jeune lycéenne[9]. Il est regrettable que ce livre ne fasse pas l’objet des œuvres inscrites  au programme du lycée, car il aurait permis aux jeunes de réfléchir sur les dangers d’une relation avec un adulte beaucoup plus âgé.

Mis à part cela, la beauté de cet extrait est aussi dans la force des images et plus particulièrement celle du « regard » qui tient lieu de discours hautement signifiant : « ces paroles se lisaient dans son regard. Autre forme d’expression tout aussi significative – si ce n’est davantage à en juger l’hyperbole « tout le monde comprit ».

Cela nous amène à aborder un autre trait caractéristique de l’écriture dostoïevskienne, celui du sous-entendu, qui – à travers les nombreuses occurrences de points de suspension que l’on trouve dans presque toutes les pages – ouvrent un espace de liberté, propice à une relation avec l’autre (déjà) présent pour l’auteur (alors même qu’il n’est – en cours de rédaction- qu’une instance virtuelle) : le lecteur.

—–


[1] Publié en 1846.

[2] Publié en 1871 et auquel j’ai consacré une partie de mon mémoire de DEUG, intitulé : « Foi et littérature » (1998) avec pour auteurs et corpus : Les Possédés de Fédor Dostoïevski, Les Caves du Vatican (1914) d’André Gide et Paul Claudel, L’Annonce faite à Marie (1912).

[3] Publié en 1880

[4] Fédor Dostoïevski, L’Éternel mari, Paris, ODEGE-Presses, 1967, page 36.

[5] Fédor Dostoïevski, L’Éternel mari, Paris, ODEGE – Presses, 1967, page 46.

[6] Ibid., page 195.

[7] Ibid., pages 178 -179.

[8] Ibid., page 178

[9] Ibid., page 179.