Des relations par et avec les oeuvres littéraires

Carmen de Mérimée en classe de quatrième (septembre 2013).

Après avoir lu le livre que j’avais donné à lire, une élève me dit que ce livre ne lui avait pas plu parce qu’elle n’avait pas réussi à s’identifier au personnage de Carmen.

Elle ajoute encore que les textes qu’elle préférait lire étaient « ceux qui étaient écrits à la première personne. » Lorsqu’on lui demande pourquoi, elle répond : « que c’est ceux où je peux me retrouver…et m’y reconnaître. »

L’une des raisons pour lesquelles un ouvrage pourrait donc plaire aux jeunes d’aujourd’hui, serait sa capacité à les rejoindre dans ce qui constitue leur identité. Autrement dit, et comme le rappelait Serge Martin lors de son premier séminaire du 23/09/2013 (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : ” La vie des œuvres passe par des  relations qui se créent dans et avec les œuvres littéraires.”

Ainsi une œuvre littéraire est vivante et revit grâce à celui qui la lit.

Toute œuvre n’a donc pour seule existence que celle que lui donne un (son) lecteur. Il l’accueille et la reconnaît dès lors qu’elle renvoie à son « historicité », pour reprendre un terme de M. Serge Martin. Cette historicité qui constitue l’identité d’un être et qui fait de lui un sujet.

Dans l’extrait ci-dessous, tiré du chapitre II du livre Carmen de Prosper Mérimée, on peut voir à quel point l’effort l’identification est d’une complexité redoutable d’autant, qu’in fine, comme le souligne M. Martin, l’expression ” Mêlant nos fumées, nous causâmes si longtemps, la belle baigneuse et moi, que  nous nous trouvâmes presque seuls sur le quai”. Il s’agit donc bien d’un emmêlement identitaire, dans le sens où ils sont amoureux !

On peut donc dire que, même si la narration est effectivement à la première personne, c’est une personne (un “je”) qui est hypnotisée par ” la fumée ” qui en est la preuve et l’expression inaugurale : ” à l’heure où l’on ne voit plus rien”. Derrière ce “on”, dans lequel le lecteur est inclus, le processus d’identification se complexifie, aussi, l’identité est-elle toujours d’altérité…

Un soir, à l’heure où l’on ne voit plus rien, je fumais, appuyé sur le parapet du quai, lorsqu’une femme, remontant l’escalier qui conduit à la rivière, vint s’asseoir près de moi. Elle avait dans les cheveux un gros bouquet de jasmin, dont les pétales exhalent le soir une odeur enivrante. Elle était simplement, peut-être pauvrement vêtue, tout en noir, comme la plupart des grisettes dans la soirée. Les femmes comme il faut ne portent le noir que le matin ; le soir, elles s’habillent a la francesa. En arrivant auprès de moi, ma baigneuse laissa glisser sur les épaules la mantille qui lui couvrait la tête, et, à l’obscure clarté qui tombe des étoiles, je vis qu’elle était petite, jeune, bien faite, et qu’elle avait de très grands yeux. Je jetai mon cigare aussitôt. Elle comprit cette attention d’une politesse toute française, et se hâta de me dire qu’elle aimait beaucoup l’odeur du tabac, et que même elle fumait, quand elle trouvait des papelitos bien doux. Par bonheur, j’en avais de tels dans mon étui, et je m’empressai de lui en offrir. Elle daigna en prendre un, et l’alluma à un bout de corde enflammé qu’un enfant nous apporta moyennant un sou. Mêlant nos fumées, nous causâmes si longtemps, la belle baigneuse et moi, que nous nous trouvâmes presque seuls sur le quai.”

 

 

 

Je : un autre nous ?

« Je est un autre : nous »

 

L’âge de raison de Jean-Paul Sartre

De l’accueil de l’autre… comme nous.

Lorsque l’on aime quelqu’un, rien de ce qui vient de cet autre ne peut susciter du dégoût. Or, dans cette œuvre de Sartre ce n’est pas le cas, on peut y voir à quel point le regard d’autrui est important dans l’acceptation d’une personne, fut-elle réelle ou fictive.

Pour reprendre le slogan si célèbre d’Antoine de Saint-Exupéry constatant que « l’on ne voit bien qu’avec le cœur » et que surtout « l’essentiel est invisible à nos yeux. » Avec cet adage, on peut se dire que – dans un grand nombre de cas – nos yeux nous trompent : on juge un être d’après son physique seulement, sans même chercher à aller plus loin dans la véritable connaissance de son être. Ainsi, dans ce premier ouvrage, appartenant aux Chemins de la liberté, intitulé « L’âge de raison », le lecteur accompagne le personnage dans sa découverte de lui-même. Plus qu’un voyage extérieur, c’est à l’intérieur de son être – et de sa vie- que le récit fait intrusion, nous permettant ainsi de suivre cet être (fictif) dans cette connaissance de soi, de lui et de nous. L’auteur, pour mieux accompagner cette démarche de connaissance de soi, ressent parfois la nécessité de justifier ses personnages, qui sont des êtres – autres certes – mais aussi semblables à « nous ».

L’auteur, lorsqu’il avertit le lecteur sur l’erreur de son personnage Mathieu, le rend ainsi semblable à chacun : il nous arrive parfois de compter sur quelqu’un, alors que cette personne, ne peut pas donner ce que l’on attendait. Est-ce qu’aimer un être consiste à attendre de lui tout ce que l’on voudrait recevoir, ou au contraire l’accueillir tel qu’il est ?

 

            Lina RIBEIRO

Doctorante à Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

 

De la singularité des goûts…

Des goûts singuliers

 

C’est ainsi, au gré des lectures, que vont se former nos goûts littéraires, qui exprimeront notre sensibilité, une partie de notre identité et éveilleront en nous des émotions. L’admiration, ou le « plaisir » pour reprendre le terme de Roland Barthes, peut émaner d’éléments totalement insolites ou inattendus. Personnellement, j’apprécie particulièrement les œuvres de Fédor (ou Fiodor Dostoïevski), un auteur russe, connu notamment pour Les Pauvres gens[1], Le Joueur, Les Possédés (ou Les Démons[2]), ou encore Les Frères Karamazov[3].Outre la fluidité du langage que l’on peut observer, il y a aussi beaucoup de finesse dans le style et un charme tout particulier dans le travail toponymique afférent à l’identité des personnages. Quel que soit l’ouvrage, ce phénomène de dénomination plurielle et complexe est présent. Cela peut aux yeux de certains paraître déstabilisant, à tel point qu’un lecteur inattentif risquerait en effet de s’y perdre. Dans l’Éternel mari par exemple, le personnage principal nommé Veltchaninov, un homme, qui en apparence, « débord[ai]nt de santé [4]», et qui en réalité, comme beaucoup de personnages de Dostoïevski, « souffrait cruellement d’hypocondrie ». Cet homme va rencontrer, par hasard, un homme dit « Le Gospodine au chapeau de crêpe »[5], cet homme désigné tout d’abord par une périphrase (1), n’est autre que Pavel Pavlovitch (2) ou Troussotski (3), soit trois noms pour un seul et même personnage, l’époux de Nathalia Vassilievna avec qui Veltchaninov a eu une fille, avant qu’elle ne meure, et qui se prénomme Lisa. De la même façon, Veltchaninov est parfois appelé Alexeï Ivanovitch.

On peut dire que ce texte est plein de la voix et des commentaires personnels de l’auteur qui use du discours indirect libre avec beaucoup d’aisance :

« Lorsqu’elle eut fini, Veltchaninov se mit à louer chaleureusement non pas son jeu, mais Haydn et particulièrement l’œuvre qu’elle venait d’exécuter. Katia se montra si heureuse et reconnaissante que les éloges s’adressassent à Haydn et non pas à elle, que Veltchaninov, malgré lui, la regarda plus attentivement, plus affectueusement. Oh ! mais tu es charmante ! ces paroles se lisaient dans son regard, regard que tout le monde comprit, surtout Katherina Phedossievna[6]. »

Katia et Katherina sont deux sœurs, toutes deux filles de M. et Mme Zakhkebinine. La première, plus jeune, elle n’a que quinze ans[7], a été choisie par Pavel pour devenir son épouse. L’aînée en a vingt-quatre.[8]

A ce détail on pourrait déjà voir – outre la beauté, qui peut expliquer la préférence de Pavel – la cruauté (maladive ?) du personnage qui s’impose comme futur époux à une toute jeune lycéenne[9]. Il est regrettable que ce livre ne fasse pas l’objet des œuvres inscrites  au programme du lycée, car il aurait permis aux jeunes de réfléchir sur les dangers d’une relation avec un adulte beaucoup plus âgé.

Mis à part cela, la beauté de cet extrait est aussi dans la force des images et plus particulièrement celle du « regard » qui tient lieu de discours hautement signifiant : « ces paroles se lisaient dans son regard. Autre forme d’expression tout aussi significative – si ce n’est davantage à en juger l’hyperbole « tout le monde comprit ».

Cela nous amène à aborder un autre trait caractéristique de l’écriture dostoïevskienne, celui du sous-entendu, qui – à travers les nombreuses occurrences de points de suspension que l’on trouve dans presque toutes les pages – ouvrent un espace de liberté, propice à une relation avec l’autre (déjà) présent pour l’auteur (alors même qu’il n’est – en cours de rédaction- qu’une instance virtuelle) : le lecteur.

—–


[1] Publié en 1846.

[2] Publié en 1871 et auquel j’ai consacré une partie de mon mémoire de DEUG, intitulé : « Foi et littérature » (1998) avec pour auteurs et corpus : Les Possédés de Fédor Dostoïevski, Les Caves du Vatican (1914) d’André Gide et Paul Claudel, L’Annonce faite à Marie (1912).

[3] Publié en 1880

[4] Fédor Dostoïevski, L’Éternel mari, Paris, ODEGE-Presses, 1967, page 36.

[5] Fédor Dostoïevski, L’Éternel mari, Paris, ODEGE – Presses, 1967, page 46.

[6] Ibid., page 195.

[7] Ibid., pages 178 -179.

[8] Ibid., page 178

[9] Ibid., page 179.

Comment choisit-on des oeuvres ?

Du choix des œuvres et du plaisir de lire

C’est au professeur qu’incombe bien évidemment le choix des œuvres. Une distinction est d’ores et déjà à faire entre les ouvrages ou manuels, propres à un niveau, choisis par exemple en enseignement privé – où j’ai une expérience professionnelle – par l’équipe de professeurs d’une discipline. Ici, il s’agit des œuvres, ou lectures, de textes littéraires faisant l’objet de lectures cursives ou intégrales.

En apparence donc c’est le professeur qui choisit mais en réalité ne pourrait-on pas dire également que c’est le professeur qui en premier lieu est choisi voire conquis par l’auteur ou l’œuvre de tel auteur. Car c’est ce dernier qui au départ cherche son (ses) lecteur (s). Et comme le suggérait Roland Barthes dans son ouvrage Le plaisir du texte[1], ce n’est pas parce qu’un auteur éprouve du plaisir en écrivant son livre que le lecteur en ressentira les bénéfices. L’un des premiers objectifs d’un écrivain – et ce n’est pas le moindre – consiste donc à « gagner » ou « drague[r] », pour reprendre le terme employé par Barthes, le lecteur, à la fois singulier et pluriel, et surtout inconnu et distant. Quand Roland Barthes précise « sans savoir où il est [2]». La donnée géographique inconnue ne serait donc pas seulement spatiale mais aussi identitaire. On pourrait à ce sujet faire un rapprochement entre ce constat et cette absence, ou plutôt cette fuite du regard de l’autre que l’on trouve dans la Genèse au moment où Adam a désobéi[3]

Or, le texte de la Bible ne nous parle pas de corporalité ni de personne mais seulement de « voix ». Il en va de même dans la relation qui s’établit entre l’auteur qui s’affirme par sa voix, retranscrite à l’écrit et l’auteur qui la lit, l’entend, la voit. Cette relation invisible, mais néanmoins réelle, qui se tisse entre un auteur et un lecteur distants, peut se définir comme un appel de la part du premier et une (libre) réponse du second. Comme l’a justement souligné Roland Barthes, un livre doit nous interpeller, il « doit me [nous] donner la preuve qu’il me [nous] désire. [4]». C’est ainsi que va se forger le goût et le capital littéraire d’une personne.

Le tout premier lecteur est donc le professeur qui va choisir en fonction de ses goûts, guidé par une conscience didactique. Mais sait-il que, comme l’affirme encore Barthes, que c’est le texte qui « me choisit », et de préciser de quelle façon « par toute une disposition d’écrans invisibles ». Sous forme d’oxymore, le critique définit le travail de l’écrivain comme un art complexe (« disposition »), qui ferait appel à des techniques visuelles, d’où le terme « d’écrans ». Ainsi, de façon mimétique avec l’écran, capteur d’images, le texte a la capacité d’ouvrir sur un ailleurs « invisible » qui m’interpelle en tant que sujet-lecteur. De l’accueil que l’on fera (ou non) à un auteur naîtra notre passion ou « plaisir » pour ses œuvres. D’aucuns préfèreront Balzac pour la finesse de ses descriptions, d’autres Zola pour sa franchise langagière, d’autres encore Proust, comme Barthes même s’il avoue « saute[r] » des passages.[5] Admirer un auteur ne nous oblige pas à lire toute son œuvre dans l’intégralité : on peut faire des coupures, à condition que celles-ci ne nuisent pas au sens et à la compréhension. On peut même lever la tête :

 

« Ce que je goûte dans un récit, ce n’est donc pas directement son contenu ni même sa structure, mais plutôt les éraflures que j’impose à la belle enveloppe : je cours, je saute, je lève la tête, je replonge. »[6]

 

Lecture en apparence très physique qui n’est pas à prendre au premier degré, évidemment, mais on peut retenir cette idée d’élan et de mouvement qui donne au texte une dynamique – alors même que la lecture est perçue par beaucoup comme une activité solitaire, statique et, de surcroît, très ennuyante…- idée reprise par Marielle Macé dans son livre Façons de lire, manière d’être, et qui écrit, je cite :

 

« Là, dans ce va et vient physique et mental, gisent en effet des ressources de vie singulières pour un individu : retraits, émergence, forces de sortie, pensées ou émotions qui plongent au cœur de l’individuel, du fait d’être un individu, de se faire individu et de voir se constituer en même temps les autres. »[7]


[1] Roland BARTHES, Le plaisir du texte, Paris, Seuil, « Points », 1973, page 11.

[2] Roland BARTHES, Le plaisir du texte, Paris, Seuil, « Points », 1973, page 11 (souligné par l’auteur en italique).

[3] Cf. Genèse 3 : 8-10 : « Alors ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? Il répondit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. »

[4] Roland BARTHES, Le plaisir du texte, Paris, Seuil, « Points », 1973, pages 13-14 (souligné par l’auteur en italique).

[5] Ibid. : « Bonheur de Proust : d’une lecture à l’autre, on ne saute jamais les mêmes passages. » (page 22).

[6] Ibid.

[7] Marielle Macé, Façons de lire, manières d’être, Paris, Gallimard, 2011, «Nrf », Essais.

Il était une fois la lecture…

 

Il était une fois la lecture…

 

De l’école primaire au lycée, en passant par le collège, les ouvrages de littérature que les élèves sont censés[1] lire au cours de l’année en français sont choisis par le professeur de français. Quoi de plus normal après tout, pourrait-on penser.

Quelle serait la complication si les élèves choisissaient. On ne s’en sortirait pas, et quel serait leur choix ?

D’aucuns diraient qu’ils se contenteraient de BD ou de mangas.

Ce dernier se doit, en le faisant, de tenir compte du programme mais aussi des goûts de ses futurs élèves.

La difficulté à laquelle chaque professeur est donc confronté à un choix entièrement basé sur des hypothèses – on pourrait même dire des « a priori » – que l’on peut essayer de reformuler de différentes manières :

  • « Ce livre va leur plaire parce qu’il est court. »

  • « Ce livre au contraire est trop difficile et il comporte trop de pages pour leur niveau. »Dans ces deux hypothèses, le professeur tiendrait compte du goût et du niveau des élèves et s’appuierait donc pour formuler ses préférences sur son expérience personnelle et/ou professionnelle.Le professeur peut également trouver des arguments à caractère plus pédagogiques tels que :
  • « Ces ouvrages ne correspondent pas au programme. »
  • « Ces ouvrages n’ont aucun intérêt pour leur culture. »Ces raisons sont tout à fait cohérentes et justifiées chez un professeur, et plus encore, a fortiori, lorsqu’il démarre dans ce métier.

A cette indécision sur les titres vient s’ajouter celle du nombre : combien faut-il donner de livres à lire en classe de sixième, cinquième, quatrième…pour bien les préparer au baccalauréat de français qui aura lieu en classe de première.

Ainsi, les parents sont « demandeurs » de titres et d’ouvrages pour leurs enfants en vue non seulement de les préparer au « bac », mais aussi leur offrir toutes les chances de réussir et de devenir des adultes responsables ayant un minimum de culture littéraire et générale.Dès lors, le risque encouru serait que s’installe une tension entre le professeur, le « donneur d’ordres », les parents qui sont de « bons conseillers » et enfin les élèves eux-mêmes, qui doivent s’en contenter et ne rien dire.

Nous verrons donc progressivement, à travers d’autres arguments et exemples concrets, que la liberté des élèves et leur propension à choisir étant tues, il reste donc peu d’espace à leur identité individuelle.

 
A suivre…

[1]  L’emploi du verbe « censés » au lieu de « doivent » n’est pas anodin en raison de l’évolution des technologies informatiques. Aujourd’hui, un professeur – même en faisant une évaluation – peut-il avoir la certitude que l’élève a lu intégralement un livre ?

Où fuir loin de moi-même ?

Saint-Augustin, Confessions (397-398)

 

1. Jeux d’enfants et jeux d’adultes :

 « Les jeux des hommes, on les appelle affaires ; et bien que ceux des enfants leur ressemblent fort, les hommes les punissent, et nul n’a pitié ni des enfants ni des hommes, ni des uns et des autres.[1] ».

A travers cette citation, Saint Augustin cherche à faire prendre conscience aux hommes de l’une de leur erreur. Il prend pour exemple les « jeux » – on pourrait parler aujourd’hui divertissement – les invitant à plus d’indulgence que ce soit à l’égard des êtres plus jeunes (les « enfants ») ou de ses pairs (les « hommes »). Saint-Augustin sans aller jusqu’à parler de tolérance a tout au moins le souci de faire advenir chez les humains plus d’humanité. Aussi plus que de sentiments, cette prise de recul est avant tout une prise de conscience qui fait appel à la raison. C’est également le principe même de la maïeutique socratienne qui avait pour finalité d’amener les hommes à admettre leur ignorance en vue d’atteindre la vraie connaissance[2].

 

2. La contrainte scolaire, son bienfait :

« Dans cette enfance, que l’on croyait moins dangereuse pour moi que l’adolescence, je n’aimais pas l’étude, et j’avais horreur d’y être contraint. On n’y contraignait pourtant, et je m’en trouvais bien, sans agir bien, car je n’aurais rien appris, si on ne m’y avait forcé. Ce n’est pas bien agir qu’agir de mauvais gré, même quand ce qu’on fait est bon. »

(…) « En me forçant à apprendre, ils n’avaient en vue que de me donner le moyen d’assouvir les insatiables passion d’une riche indigence et d’une ignominieuse gloire[3]. »

Ici c’est davantage un regard sur soi, un regard introspectif que pratique Augustin sur sa propre personne

 

3. Immuabilité d’un être :

« Et je restais pour moi-même comme un lieu désolé où je ne pouvais me tenir et que je ne pouvais quitter. Où mon cœur aurait-il pu s’enfuir de mon cœur ? Où fuir loin de moi-même ? Où échapper à ma propre poursuite[4] ?

 

4. Eloge d’autrui :

  • « Ainsi on entend louer un homme et on l’aime, bien qu’il soit loin de nous. Serait-ce que l’amour passe dans la bouche du louangeur dans le cœur de celui qui l’écoute. »
  • « Non, mais l’amour de l’un s’enflamme au contact de l’amour de l’autre. On aime celui qu’on entend louer, quand on croit que la louange vient d’un cœur sincère, c’est-à-dire que c’est l’affection qui l’inspire. [5]»

Quant à ce rhéteur (Hiérius, un orateur de Rome) dont il dit : « Je ne connaissais pas, je ne l’avais jamais vu, mais j’avais de la sympathie pour sa personne en raison de sa renommée de savant et pour certaines paroles qu’on m’avait rapportées et qui m’avaient plu. »

Il ajoute encore :

« (…) il appartenait à cette espèce d’hommes que j’aimais au point de vouloir leur ressembler. [6]»

 5. Paix et division :

« Au surplus, comme dans la vertu j’aimais la paix, et que dans le vice, je détestais la discorde, je voyais remarquer unité dans l’une et division dans l’autre. Dans cette unité me semblait consister l’âme raisonnable, l’essence de la vérité et du souverain bien. [7]»

 

6. Par l’écriture d’autrui, nous apprenons à mieux vivre :

Augustin découvre les catégories d’Aristote . Cet ouvrage intitulé Les dix catégories qu’Augustin a « lu et compris tout seul » . Il dit encore ceci : « Ce livre me semblait traiter assez clairement des substances, de l’homme par exemple, et de ce qu’il a en elles, comme forme de l’homme (…) sa parenté, de qui il est frère…[8] »

7. L’éloignement de soi :

« Et moi, où étais-je, quand je vous cherchais ? Vous, vous étiez devant moi. Mais moi, je m’étais perdu, je ne me retrouvais pas, je vous retrouvais bien moins encore.[9] »

8. Soi et l’autre :

«Lorsque j’entends tel ou tel chrétien mon frère, montrer dans ses propos l’ignorance de ces problèmes et confondre une chose avec l’autre, je considère ses opinions avec patience.[10] » (tolérance)

Ces paroles pleines de sagesse nous invite à la tolérance et à rester humble. C’est une certaine forme de renoncement à soi et d’acceptation d’autrui.

9. Mensonge ou vérité ?

« Je savais donc déjà par vous (Dieu) qu’on ne doit pas tenir pour vraie une pensée parce qu’elle s’exprime éloquemment, ni pour fausse parce que les lèvres la traduisent par des sons dénués d’art ; et qu’au contraire, une pensée n’est pas vraie parce qu’elle est énoncée simplement, ni fausse parce que la forme en est brillante ; mais que la sagesse et la sottise sont comparables à des aliments salubres et malsains, et le style élégant ou non à une vaisselle précieuse ou grossière : on peut y servir aussi bien les deux sortes de mets.[11] »

 

 


[1]     SAINT-AUGUSTIN, Confessions, Gallimard, 1993, Paris, Folio classique, n° 2465 ; page 25.

[2]     Pour plus d’informations sur les apports de Socrate dans le domaine de la réflexion philosophique se reporter  au site de l’Académie Socrate à l’adresse suivante : http://www.academiasocrates.com/socrate/maieutique.php – Consulté le 15/07/2013

[3]     Ibid, pp. 27-28

[4]     Ibid, p. 73

[5]     Ibid, Livre quatrième, p. 79.

[6]     Ibid, Livre quatrième, p. 79

[7]     Ibid, Livre quatrième, p. 81

[8]     Ibid, Livre quatrième, p.83.

[9]     Ibid, Livre cinquième, p. 87

[10]    Ibid, Livre cinquième, p. 89

[11]    Ibid, Livre cinquième, p. 93

 

Qui te connaît ?

Questionnaire à destination des collégiens et lycéens.

 

« Approches et enjeux pour les élèves d’une réflexion sur la question de l’identité-altérité à travers la littérature dans l’enseignement secondaire » 

 

 

Problématique :

Pouvons-nous trouver dans la littérature un modèle d’investigation de ce rapport d’identité-altérité des jeunes adolescents dans le cadre de l’enseignement secondaire ?

 

Et si oui, en quoi cette réflexion sur la littérature et d’auteurs qui ont parlé sur eux-mêmes peut permettre aux jeunes d’aujourd’hui de mieux cerner leur identité et leur rapport aux autres. Ce travail visera donc à trouver, dans un certain type de littérature, des auteurs, et à travers l’analyse de leurs écrits, des moyens efficaces pour instaurer une relation plus saine entre jeunes collégiens et lycéens. Ce faisant, cette recherche aura pour finalité de favoriser l’acceptation de l’autre dans le respect de sa différence.

 

Objectifs :

 

Ce questionnaire a donc pour but d’apprécier quelle connaissance a le jeune de son identité propre en lien avec autrui en vue d’instaurer une relation plus respectueuse de l’identité de chacun.

Nous chercherons principalement à discerner la part de liberté de chaque personne au sein de cette relation, ou si, au contraire, dans certains cas l’une des personnes concernée par cet échange relationnel ne fait pas usage d’un pouvoir dominateur sur l’autre, que celui-ci soit conscient ou non.

On cherchera à travers ce questionnaire à voir quel regard chacun porte sur lui et sur l’autre, et d’autre part, on tentera d’être attentifs aux effets produits par cette investigation. Les personnes interrogées en ressortiront-elles satisfaites, apaisées ou bien contrariées ?

Pour expliciter un peu le sens de cette démarche, il faudrait dire ce qui la motive et par suite quelles en sont les attentes. Ces dernières, au stade actuel de cette recherche, sont au nombre de trois : la première à caractère plus éthique vise tout d’abord une meilleure connaissance et perception de soi, au sens aristotélicien de recherche d’une vie bonne[1], à travers une plus juste relation avec soi-même et par suite avec les autres. Ce premier objectif aboutira très probablement sur un effort relationnel bipartite, en vue d’accéder à un épanouissement de soi dans le respect de l’autre et l’acceptation de sa différence.

La seconde attente serait d’instaurer entre soi et autrui une relation plus équitable et normative, c’est-à-dire une relation où chacun puisse librement développer ses capacités personnelles et se réaliser pleinement, tout en étant attentif à autrui et avec le souci d’un intérêt commun.

La troisième attente enfin consisterait à atteindre une certaine harmonie de soi, ou tout au moins un équilibre, lequel passe inévitablement par une acceptation de soi et de son identité, profonde puisque, comme le dit Jean-Michel Maulpoix, dans son blog intitulé Jean-Michel Maulpoix & Cie[2], en hommage à Paul Ricoeur (mort en 2005) :  « établir l’identité d’un être, c’est découvrir ce par quoi il demeure semblable à lui-même à travers le temps, qui est facteur de dissemblance . C’est en quelque sorte déceler l’idem de son ipse. »

Autrement dit, au cœur des différentes fluctuations morales et mutations physiques, dues à l’âge, l’être conserve un fonds inchangé et inaltérable : « sa mêmeté » pour reprendre l’appellation propre à Ricoeur. Il l’explicitait d’autant mieux lorsqu’il qualifiait cet état d’invariabilité de l’être lorsqu’il parlait d’ “ invariant relationnel[3] ”Ce que l’on peut exprimer par ces mots de façon plus simple : ce que j’étais étant petit, je le suis encore maintenant et mon égo restera inchangé jusqu’à la fin de ma vie. 

 

Le maintien de soi, c’est pour la personne la manière telle de se comporter qu’autrui peut compter sur elle. Parce que quelqu’un compte sur moi, je suis comptable de mes actions devant un autre. Le terme de responsabilité réunit les deux significations : compter sur…, être comptable de… Elle les réunit, en y ajoutant l’idée d’une réponse à la question : “ Où es-tu ? ” posée par l’autre qui me requiert. Cette réponse est “ Me voici! ” Réponse qui dit le maintien de soi.[4]

 

Questions : 

 

Dans le cadre de cette recherche, qui est axée sur les textes littéraires, nous nous limiterons à un échantillon d’élèves appartenant aux niveaux suivants : classe de sixième, de quatrième, de seconde et de première.

Les raisons qui ont motivé ce choix sont principalement les changements que ces classes occasionnent chez les jeunes : entrée au collège et entrée au lycée, modification de l’attitude à cause de l’adolescence ou pré-adolescence, choix importants voire décisifs pour l’avenir.

Et enfin, l’opposition entre la classe de quatrième : un niveau avec, dans l’ensemble, des élèves plus insouciants du fait de l’absence d’examen, le brevet arrivant en troisième ; et la classe de première avec l’enjeu du baccalauréat et la motivation – et le stress – qu’elle déclenche dans un grand nombre de cas.

 

Questions posées au jeune :

 

L’important sera ici d’écouter les réponses des jeunes sans se précipiter à donner nos propres réponses et/ou point de vue. Nous ne le ferons qu’en cas de nécessité, c’est-à-dire en cas de non-compréhension de la question ou besoin de plus d’éclaircissements.

 

Premier élève interrogé : A.O en classe de sixième, dans un collège public d’Ile-de-France.

Je lui ai posé les questions oralement et j’ai retranscris ses réponses sous forme de prise de notes. J’ai conservé ses réponses à l’identique en modifiant seulement la syntaxe lorsque c’était nécessaire.

 

  1. As-tu déjà lu, ou tout au moins entendu parler des Confessions de Saint Augustin ou de Rousseau ?

R : J’ai déjà vu le livre de Rousseau ; quelqu’un l’avait emprunté à la bibliothèque…c’était un vieux livre qui ne donnait pas trop envie de le lire.

Je précise que c’est un élève qui a une très bonne mémoire visuelle, c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles il s’en est souvenu.

Souvent sujet à confusion, il est important de préciser la différence entre se rappeler et se souvenir :

le premier consiste à reconnaître un objet ou une information en se trouvant confronté de nouveau à lui ou à elle (en le revoyant ou en réentendant) ; le second revient à citer l’information sans être aidé d’un contexte extérieur, en faisant uniquement appel à sa mémoire. Or, c’est bien le cas ici puisque le jeune n’avait pas l’ouvrage sous les yeux.

 

  1. Que penses-tu d’un tel titre ?

R : Je pense que l’auteur y raconte des secrets de sa vie.

 

  1. Comment le comprends-tu ? Qu’est-ce que pour toi des confessions ?

R : Il s’agit de plusieurs secrets. L’auteur confie sa vie à d’autres, des proches sur ce qu’ils ne savent pas.

J’ajouterai ce qu’ils (ses proches) ne savent pas sur lui ou mieux n’ont pas su de son vivant.

 

  1. Si l’on te demandait de définir l’identité, que dirais-tu ?

R : Ce sont les éléments qui figurent sur notre carte d’identité. Tout y est écrit : taille, âge, détails administratifs, nationalité, signature, sexe, adresse, délivré à…, etc.

Là encore c’est de mémoire que le jeune restitue tous ces éléments, sans avoir l’objet en question sous les yeux. On peut donc souligner l’exactitude et la précision des informations.

 

  1. Que représente pour toi ta propre identité ? Et celle d’autrui ?

R : C’est mon identité personnelle, elle est unique c’est comme une confession.

C’est-à-dire ? (ajoutai-je pour lui permettre d’expliciter ses propos)

R : C’est à nous, comme un secret que l’on garde et on ne le dit qu ‘aux gens à qui on fait confiance.

On peut penser que les questions précédentes lui inspiré ce terme de « confessions » qui lui a servi dès lors à expliciter sa pensée. Si l’on s’en tient à sa réponse et à la comparaison qu’il utilise on peut dire qu’il y aurait une identité cachée au fond de soi et qui ne serait pas visible à tous. Seuls certains éléments seraient divulgables, ce sont ceux qui figurent sur la carte dite d’identité.

 

  1. Penses-tu que l’on puisse parler de l’identité d’un autre ?

R : Non, car je ne suis pas dans son corps.

Autrement dit, pour parler de l’autre et saisir son identité, il faudrait être à sa place et donc être lui.

 

  1. Qui, d’après toi, te connaît bien ? Pourquoi ?

R : Mes parents (à 100 %) parce qu’ils m’ont éduqués, parce qu’ils sont souvent avec moi et qu’ils s’intéressent à moi.

Qu’est-ce qu’éduquer pour toi ? C’est apprendre à parler, à marcher, à manger, à boire, etc.

Qui après tes parents te connaît bien ? Mon frère.

Pourquoi ? Parce qu’il est souvent avec moi.

Plusieurs remarques : la réponse de ce jeune, que je connais un peu, m’a fortement surprise, en particulier lorsqu’il m’a dit que ses parents le connaissaient en tout point mieux que personne. D’autant plus qu’il a une relation conflictuelle avec ses parents et que, de ce fait, il a tendance à tout garder pour lui (« ses secrets », comme il l’a dit plus haut). Ensuite, l’autre point à souligner, c’est la question de la fréquentation – qui revient à deux reprises- pour ses parents et pour son frère. On peut donc en déduire que la connaissance est dépendante d’une certaine familiarité ou relation entre personnes.

 

  1. Qu’y a t-il d’intéressant, pour celui qui l’écrit, à parler de soi et d’enrichissant pour le lecteur à lire la vie d’un autre ?

R : Cela peut être utile lorsque l’on est timide et que l’on s’exprime mieux par écrit. Cela sert pour l’auteur à s’expliquer et au lecteur de mieux le connaître.

Toujours dans le principe des secrets, on retrouve cette idée de révélation de choses cachées au fond de l’autre, difficiles à dire verbalement et que la distance – qu’offre l’écriture – permettrait d’éclaircir.

 

  1. L’ auteur d’un ouvrage littéraire autobiographique ou autre peut-il vous aider à mieux vous connaître ?

R : Non parce qu’il n’est pas moi.

Réponse évidente et prévisible si l’on se réfère à sa réponse à la question 6.

Ainsi chacun ne pourrait que parler de lui pas de l’autre puisque chaque être est particulier, unique, habitant chacun son propre corps non celui de l’autre.

 


[1] « La vie a elle toute seule, encore une fois, est bonne et agréable… » écrit Aristote dans son ouvrage Ethique à Nicomaque, Livre de Poche (LP 9), LGF, 1999, p. 384, § 9.

[2] http://www.maulpoix.net/ricoeur.htm(consulté le 26/04/2013)

[3]             RICOEUR P., Soi-même comme un autre, Paris, Éd. du Seuil, 1990.

[4]             Ibid.

Réflexion sur la question de l’identité-altérité

Questionnaire à destination des collégiens et lycéens.

 

« Approches et enjeux pour les élèves d’une réflexion sur la question de l’identité-altérité à travers la littérature dans l’enseignement secondaire » 

 

 

Pouvons-nous trouver dans la littérature un modèle d’investigation de ce rapport d’identité-altérité des jeunes adolescents dans le cadre de l’enseignement secondaire ?

Et si oui, en quoi cette réflexion sur la littérature et à travers la voix du texte peut permettre aux jeunes d’aujourd’hui de mieux cerner leur identité et leur rapport aux autres. Ce travail visera donc à trouver dans les textes littéraires des moyens efficaces pour instaurer une relation plus saine entre jeunes collégiens et lycéens. Ce faisant, cette recherche aura pour finalité de favoriser l’acceptation de l’autre dans le respect de sa différence.

Objectifs :

Ce questionnaire a donc pour but d’apprécier quelle connaissance a le jeune de son identité propre en lien avec autrui en vue d’instaurer une relation plus respectueuse de l’identité de chacun.

Nous chercherons principalement à discerner la part de liberté de chaque personne au sein de cette relation, ou si, au contraire, dans certains cas l’une des personnes concernée par cet échange relationnel ne fait pas usage d’un pouvoir dominateur sur l’autre, que celui-ci soit conscient ou non.

On cherchera à travers ce questionnaire à voir quel regard chacun porte sur lui et sur l’autre, et d’autre part, on tentera d’être attentifs aux effets produits par cette investigation. Les personnes interrogées en ressortiront-elles satisfaites, apaisées ou bien contrariées ?

Pour expliciter un peu le sens de cette démarche, il faudrait dire ce qui la motive et par suite quelles en sont les attentes. Ces dernières, au stade actuel de cette recherche, sont au nombre de trois : la première à caractère plus éthique vise tout d’abord une meilleure connaissance et perception de soi, au sens aristotélicien de recherche d’une vie bonne[1], à travers une plus juste relation avec soi-même et par suite avec les autres. Ce premier objectif aboutira très probablement sur un effort relationnel bipartite, en vue d’accéder à un épanouissement de soi dans le respect de l’autre et l’acceptation de sa différence.

La seconde attente serait d’instaurer entre soi et autrui une relation plus équitable et normative, c’est-à-dire une relation où chacun puisse librement développer ses capacités personnelles et se réaliser pleinement, tout en étant attentif à autrui et avec le souci d’un intérêt commun.

La troisième attente enfin consisterait à atteindre une certaine harmonie de soi, ou tout au moins un équilibre, lequel passe inévitablement par une acceptation de soi et de son identité, profonde puisque, comme le dit Jean-Michel Maulpoix[2], en hommage à Paul Ricoeur (mort en 2005) : « établir l’identité d’un être, c’est découvrir ce par quoi il demeure semblable à lui-même à travers le temps, qui est facteur de dissemblance . C’est en quelque sorte déceler l’idem de son ipse. »

Autrement dit, au cœur des différentes fluctuations morales et mutations physiques, dues à l’âge, l’être conserve un fonds inchangé et inaltérable : « sa mêmeté » pour reprendre l’appellation propre à Ricoeur. Il l’explicitait d’autant mieux lorsqu’il qualifiait cet état d’invariabilité de l’être lorsqu’il parlait d’ “ invariant relationnel[3] ”Ce que l’on peut exprimer par ces mots de façon plus simple : ce que j’étais étant petit, je le suis encore maintenant et mon ego restera inchangé jusqu’à la fin de ma vie. 

 

Le maintien de soi, c’est pour la personne la manière telle de se comporter qu’autrui peut compter sur elle. Parce que quelqu’un compte sur moi, je suis comptable de mes actions devant un autre. Le terme de responsabilité réunit les deux significations : compter sur…, être comptable de… Elle les réunit, en y ajoutant l’idée d’une réponse à la question : “ Où es-tu ? ” posée par l’autre qui me requiert. Cette réponse est “ Me voici ! ” Réponse qui dit le maintien de soi.[4]

 

Questions : 

Dans le cadre de cette recherche, qui est axée sur les textes littéraires, nous nous limiterons à un échantillon d’élèves appartenant aux niveaux suivants : classe de sixième, de quatrième, de seconde et de première.

Les raisons qui ont motivé ce choix sont principalement les changements que ces classes occasionnent chez les jeunes : entrée au collège et entrée au lycée, modification de l’attitude à cause de l’adolescence ou pré-adolescence, choix importants voire décisifs pour l’avenir.

Et enfin, l’opposition entre la classe de quatrième : un niveau avec, dans l’ensemble, des élèves plus insouciants du fait de l’absence d’examen, le brevet arrivant en troisième ; et la classe de première avec l’enjeu du baccalauréat et la motivation – et le stress – qu’elle déclenche dans un grand nombre de cas.

 

Questions posées au jeune :

L’important sera ici d’écouter les réponses des jeunes sans se précipiter à donner nos propres réponses et/ou point de vue. Nous ne le ferons qu’en cas de nécessité, c’est-à-dire en cas de non-compréhension de la question ou besoin de plus d’éclaircissements.

 

Deuxième élève interrogé : M.T en classe de seconde, dans un collège public en Ile-de-France

J’ai eu l’occasion de l’interroger personnellement et d’écrire ses réponses sous forme de prise de notes. Je les ai conservé à l’identique en modifiant seulement la syntaxe lorsque c’était nécessaire.

 

  1. As-tu déjà lu, ou tout au moins entendu parler des Confessions de Saint Augustin ou de Rousseau ?

R : Ah oui, Jean-Jacques Rousseau, c’est quelqu’un qui fait des livres.

Ce jeune, à défaut d’avoir lu les ouvrages de ces auteurs, connaît ne fut-ce que de nom le  second auteur, dont il cite même le prénom.

 

  1. Que penses-tu d’un tel titre ?

R : Il s’est confié dans un livre. Il y décrit sa vie comme dans un carnet de bord.

Les mots qui ressortent ici sont ceux de confidence et de description d’un vécu. Le carnet de bord faisant peut-être allusion au journal intime dans lequel on laisse libre cours à ses pensées et sentiments.

 

  1. Comment le comprends-tu ? Qu’est-ce que pour toi des confessions ?

R : C’est lorsqu’il y a un problème. L’auteur raconte et dénonce des choses qui ne vont pas. Cela peut toucher tous les domaines.

Autrement dit, si un auteur choisit d’écrire des confessions c’est parce que c’est utile pour lui.

L’écriture – en adoptant une technique argumentative – aurait une valeur fortement persuasive : elle donnerait à réfléchir, chercherait à convaincre, à persuader. Tout un pan de la littérature s’en réclame (fable, plaidoyer, satire…) mais est-ce aussi valable pour les Confessions ? Ou d’autres genres de façon plus implicite ?

 

  1. Qu’est-ce que pour toi des confessions ?

R : C’est parler de soi dans un livre.

Pourrait-on attendre une définition plus claire. Parler de soi, c’était d’ailleurs l’intention de Rousseau tel qu’il l’annonce dans le préambule à ses Confessions[5]. Et bien avant lui, Saint Augustin en écrivant ses Confessions avait également eu à cœur ce projet ; avec cependant une optique différente : parler de soi non pas pour se mettre en valeur mais pour se mettre face à Dieu et se laisser regarder par lui de façon objective[6].

 

 

  1. Si l’on te demandait de définir l’identité, que dirais-tu ?

R : qu’une personne est unique. La carte d’identité, c’est la plaque d’immatriculation d’un être vivant.

C’est sa date de naissance, un prénom, un nom, une adresse. Tout le monde a cela, mais personne n’a la même, chacun a la sienne.

Ce qui revient dans ses réponses c’est le terme « unique » et l’appartenance particulière. L’identité est donc à la fois un point commun à l’espèce humaine et un bien particulier.

 

  1. Que représente pour toi ta propre identité ? Et celle d’autrui ?

R : C’est une question difficile et non habituelle.

Je souligne que ce jeune va tout de même tenter d’y répondre et de façon plutôt originale.

Elle va utiliser pour définir l’identité la métaphore de l’eau.

Voici sa réponse :

« Il y a en fait deux identités : l’une de surface et l’autre en profondeur. Celle de surface c’est l’eau froide et celle en profondeur avec l’eau chaude. L’identité de surface est accessible à tous, alors que l’identité en profondeur n’est accordée qu’à une minorité de personnes : parents, psy, professeurs et police. On peut remarquer que les quatre catégories en question commencent toutes par un « p » comme « proche » ou « prochain ». Le premier renvoyant à toute personne avec qui j’ai un lien familiale ou relationnel ; le second ; se réfère quant à lui à tout être avec qui j’établis une relation, l’étranger que j’apprends à connaître.

 

  1. Penses-tu que l’on puisse parler de l’identité d’un autre ?

R : En partie. On peut connaître son métier, sa famille, ses enfants, son adresse.

Il s’agit donc d’une connaissance partielle et qui n’est pas applicable à tout individu. Pour donner ces informations, il faut connaître un minimum l’autre en question. Avec le passage de l’autre (indéfini) à quelqu’un (défini).

 

  1. Qui, d’après toi, te connaît bien ? (quel pourcentage ?) Pourquoi ?

R : Mon petit-ami (à 40 %), mon « grand » ami (à 40 %), mes « grands amis » (ou frères).

On ne peut que s’étonner du fait de l’absence du « Moi ».

Le jeune questionné soit n’y a pas pensé (ce qui est fort probable), soit parce qu’il juge que cela va de soi, soit enfin parce qu’il pense qu’il est difficile sinon impossible de se connaître soi-même et que par conséquent c’est l’autre (Autrui) qui me renvoie ma véritable identité. La dernière hypothèse , en raison de l’âge du jeune et de son stade de maturité semble toutefois improbable.

 

  1. Tes amis semblent bien te connaître, pourquoi d’après toi[7] ?

R : Je vous donne un exemple, aux yeux des autres personnes extérieures qui ne me connaissent pas je passe pour une « racaille » (elle a précisé que c’était surtout à cause du langage et du vocabulaire utilisés), alors que mes amis savent que je n’en suis pas une.

Ce serait ici une belle illustration de ces identités dont elle a parlé ci-dessus : celle de surface (une racaille) et celle en profondeur (son vrai moi, que seuls ses amis connaissent – en réalité).

 

  1. Pourquoi, peux-tu définir ce qu’est une « racaille » pour toi[8] ?

R : Une racaille est une personne « cataloguée » comme vivant dans une cité. C’est quelqu’un qui a un casier (judiciaire), qui fait des bêtises tout le temps, qui doit suivre la règle : prendre de la drogue.

La première précision à apporter c’est qu’effectivement ce jeune n’habite pas en cité mais dans un bon quartier. Il fréquente toutefois ce public de jeunes désignés sous l’appellation de « racaille » ; et peut même parfois être amené à se rendre sur leur lieu de « squat ». sans faire partie de leur bande, ce jeune est toutefois leur ami et faisant partie intégrante de leur groupe. Bien évidemment, on ne peut que se demander comment, puisque – comme me l’a dit le jeune (et connaissant la famille, je le crois de bonne foi) – il ne suit pas leur trafic illégal de drogue notamment.

L’une des raisons à cela est dépendante de l’environnement scolaire. Le lycée est en effet le principal lieu de mixité où naissent une multitude de rencontres. C’est ici, que grâce à un ami (son « grand ami[9] »), ce jeune a été amené à fréquenter des bandes de cité, qui l’ont accueilli comme l’un des leurs. Ce sont eux qu’aujourd’hui, le jeune en question qualifie de « grands amis » ou « frères ».

 

  1. Que représente pour toi ta famille[10] ?

R : Pour moi il y a deux familles :

La vraie famille : la famille de sang et la deuxième famille : la famille de cœur née des affinités et de l’amitié.

Cette réponse est comme une suite logique à la précédente question, étant donné la place qu’occupe son cercle d’amis, cette bande de « racaille » – sans en faire partie – dont elle fait partie. Je m’autorise à dévoiler son sexe car c’est d’autant plus significatif. Au milieu d’un cercle essentiellement masculin, loin de  ressentir la crainte, elle se sent protégée et en sécurité ; bref, elle est, d’après ses propres paroles, « leur petite soeur ».

 

  1. Qu’y a t-il d’intéressant, pour celui qui l’écrit, à parler de soi et d’enrichissant pour le lecteur à lire la vie d’un autre ?

R : Tout dépend de la vie d’une personne. Il faut que l’on ait de l’admiration pour lui.

Il faut donc que la vie d’un auteur ait quelque chose de particulier, de significatif pour ceux qui le liront. Sa vie, un peu connue, doit être exemplaire. Il se doit par conséquent d’être un héros.

 

  1. L’ auteur d’un ouvrage littéraire autobiographique ou autre peut-il vous aider à mieux vous connaître ?

R : Tout dépend des points communs que l’on peut y trouver.

Il faut donc que l’auteur par l’écriture de sa vie, ou la vie de ses personnages, dise quelque chose de la vie de son (ses) lecteur (s). Peut-on aller jusqu’à dire qu’il faut qu’une comparaison soit possible ?

On peut tout au moins – en s’appuyant sur les recherches de Levinas affirmer que la connaissance d’Autrui est dépendante et en corrélation avec la connaissance de soi. En effet, comme l’a dit ce philosophe – que je cite intégralement – pour mieux saisir le fond de sa pensée : «L’ altérité d’Autrui  est en lui et non pas par rapport à moi, elle se révèle, mais c’est à partir de moi et non pas par la comparaison du moi avec l’Autre, que j’y accède. »

Il y aurait donc une « révélation » (le verbe « révèle » est d’ailleurs en italique pour souligner son importance) de l’autre comme Autre, de son ipséité pour reprendre la terminologie de Paul Ricoeur.[11]

 

  1. Si l’on vous demandait d’écrire un livre sur vous, accepteriez-vous ? Sinon pourquoi ?

R : Oui, à condition que l’on me respecte. Et non, si jamais je n’étais pas respectée.

Le jeune ne voit apparemment aucun inconvénient à parler de sa vie : à une seule condition ; le respect qui est lui dû et qui revient à toute personne.

 

  1. Que faut-il faire pour être respecté (e) ?

R : Il faut déjà se respecter soi-même. Dans le groupe (« ses frères ») on me respecte parce que je me respecte alors qu’une fille qui ne se respecte pas ne sera pas respectée.

Ainsi, nous sommes respectés par autrui à la mesure du respect que nous nous accordons nous-mêmes.

 

  1. Qu’est-ce que le respect pour toi[12] ?

R : Cela passe tout d’abord par l’apparence physique : une fille qui se respecte ne s’habille pas n’importe comment. Alors que celle qui fait de la provocation par sa tenue trop indécente montre qu’elle ne se respecte pas.

« On ne me respecte pas », c’est une parole que l’on entend souvent. Or, si l’on s’en tient aux paroles de ce jeune, le respect n’est pas quelque chose de passif mais bien au contraire actif : il passe par l’estime et le regard que chacun porte sur soi. Il en va donc avant tout d’une juste acceptation de soi et d’une satisfaction à l’égard de sa propre personne. Ou, comme l”écrivait Levinas : « Mon corps n’est pas seulement pour le sujet une façon de le réduire en esclavage, de dépendre de ce qui n’est pas lui[13]… » qui intime à chacun ce contrôle sur soi dans la mesure où chacun est libre et maître de son être.

 

  1. Quelles sont les conséquences[14] ?

R : Dans les deux cas, les garçons – lorsqu’ils voient une jolie fille – font une proposition qui sera toutefois différente.

Il s’agira d’une proposition respectueuse pour une fille qui se respecte. Cela aboutira à une invitation à prendre un café et ça se terminera bien.

Alors que la fille qui ne se respecte pas, donnera d’elle une image de fille facile et aura quant à elle une proposition non respectueuse. L’intérêt qui lui sera accordé sera donc charnel, avec la recherche du plaisir et cela risque de se finir mal.

 

Avec une analyse empruntée à la philosophie on peut dire que celui (ou celle) qui se livre sans retenue aux regards d’autrui, dans le but d’attirer précisément ces attentions ne demeure pas pleinement en lui. Comme l’a écrit Levinas en employant la métaphore de l’habitat : « Exister signifie…demeurer ». Il va plus loin en disant : « Demeurer » ne consiste pas à « être jeté dehors comme une pierre qu’on lance derrière soi. Il est un recueillement, une venue vers soi, une retraite chez soi, comme une terre d’asile, qui répond à une attente, à une hospitalité, à un accueil humain.[15] »

Ces propos me semblent bien illustrer ce que représente le respect à l’égard de soi, dont parlait ce jeune ci-dessus.

 

  1. Tes parents te connaissent-ils bien ?

R : Non car je ne m’entends pas avec eux. Ils n’ont pas les mêmes avis, points de vue que moi. Ils sont en décalage, notamment à cause de l’âge ; ce qui n’est pas toutefois un obstacle, tout dépend de l’ouverture d’esprit.

De ces paroles, on peut déduire une chose essentielle une certaine connaissance de l’autre pourrait favoriser une bonne entente. Mais n’y aurait-il pas aussi, dans certains cas, des dangers à cette connaissance d’un être, qui serait comme figée, ne laissant à l’autre aucune alternative de changement.

 

FIN DU QUESTIONNAIRE POUR CE JEUNE.


[1]             « La vie a elle toute seule, encore une fois, est bonne et agréable… » écrit Aristote dans son ouvrage Ethique à Nicomaque, Livre de Poche (LP 9), LGF, 1999, p. 384, § 9.

[2]             [2]Pour plus d’informations, se reporter au blog de Jean-Michel Maulpoix et Compagnie l’adresse suivante : http://www.maulpoix.net/ricoeur.htm(consulté le 26/04/2013)

[3]             RICOEUR Paul., Soi-même comme un autre, Paris, Éd. du Seuil, 1990.

[4]             Ibid.

[5]    Ci-dessous deux extraits du préambule de Jean-Jacques Rousseau à ses Confessions :

                « Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi.

                  Moi seul. Je sens mon cœur et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus ; j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m’a jeté, c’est ce dont on ne peut juger qu’après m’avoir lu. »

      Source : http://philo-lettres.fr/litterature_francaise/Rousseau_confessions.htm – consulté le 15/07/2013.

 

[6]    On peut pour expliciter davantage ces propos s’appuyer et citer partiellement un article de Marie-Anne Vannier (datant de août 2008), tiré de la Revue « Esprit & Vie » :  Faire de soi-même le centre de soi et des autres, désirer le pouvoir, souhaiter être craint et aimé des hommes : les allusions descriptives ne manquent pas dans le texte des Confessions. « Remplacer Dieu par soi-même. ». Il s’agit bien d’un amour de soi mais Augustin précise que tout amour de soi n’est pas péché. Cet orgueil conduit l’homme à une auto-aliénation et à la désintégration puisque l’homme est fait pour la communion. C’est là le sens du texte de la Genèse sur la création de l’homme à l’image de Dieu. Nous tenons l’explication de la place un peu surprenante, à première vue, du commentaire des premiers chapitres de la Bible qui termine les Confessions. Extrait de l’ouvrage : de P. Pierre Jay, p.s.s., Les Confessions de saint Augustin, Paris, Éd. du Cerf, coll. « Classiques du christianisme », 2007.

      Source : http://www.esprit-et-vie.com/article.php3?id_article=2283 – consulté le 15/07/2013

[7]    Cette question a été ajoutée en plus à l’occasion, pour ce jeune, afin de mieux tirer partie de sa réponse à la question précédente.

[8]    Ibid.

[9]    Se reporter à la question 8.

[10]  Cette question a été modifiée spécialement pour ce jeune, afin de comprendre quelle place occupait sa famille par rapport à ses amis.

[11]           Ricœur distingue aussi (…) le Dasein, c’est-à-dire l’étant que nous sommes, dont le mode  d’être comporte l’ipséité, et d’autre part l’étant que nous ne sommes pas (les choses), celui dont l’être est du type « être-sous-la-main ».

                Il faut donc choisir, car le Dasein ne peut pas figurer deux fois dans le système des distinctions, une fois comme l’étant que chacun de nous est une seconde fois comme le mode d’être selon lequel nous sommes. Source : http://classiques.uqac.ca/contemporains/descombes_vincent/pouvoir_etre_soi_ricoeur/pouvoir_etre_soi_ricoeur.pdf – Consulté le 16/07/2013

[12]  Question ajoutée à l’occasion, spécialement pour ce jeune, afin de lui permettre de préciser ses propos.

[13]  LEVINAS, Emmanuel, Totalité et infini, Essai sur l’extériorité, Martinus Nijhoff Publishers, Quatrième édition, Quatrième impression, The Hague, Boston, Lancaster, 1984. Imprimé aux Pays-Bas ; « La séparation comme vie », page 89.

[14]  Ibid.

[15]  LEVINAS, Emmanuel, Totalité et infini, Essai sur l’extériorité, Martinus Nijhoff Publishers, Quatrième édition, Quatrième impression, The Hague, Boston, Lancaster, 1984. Imprimé aux Pays-Bas ; « La demeure », page 129.

Proposition de lecture en quatrième

On peut, à titre d’exemple, envisager d’introduire en classe de quatrième l’ouvrage de Thierry Jonquet, intitulé La Vigie (alors qu’il est conseillé en troisième) dans le cadre de l’étude de la nouvelle réaliste, en raison de sa brièveté et surtout de la richesse de son réalisme toponymique. Beaucoup de noms en effet, tels que Feucherolles-les-Essarts[1] – que l’on trouve dans l’incipit- ou encore Vimeux[2], Chilloy[3], sont des pures inventions de l’auteur. Mais à moins d’être un expert en géographie, nul ne peut remettre en cause l’authenticité de ces noms.

Car – comme il est précisé en note – « ce nom de commune n’existe pas (…) mais paraît réel par sa composition et sa sonorité. [4]»

Ainsi la richesse de la toponymie de ce livre – qui par ailleurs n’est pas le seul élément intéressant de l’oeuvre – nous permet d’étudier et de comprendre ce qu’est une nouvelle réaliste.

Ce genre bref, dont l’une des principales caractéristiques est la création d’histoires – qui sans être vraies – en ont toute l’apparence et la consistance.

On ne peut s’empêcher de penser à l’écrivain français, maître en cet art de rédaction de nouvelles, qu’était Guy de Maupassant.

Auteur de plus de trois cents nouvelles, dont le texte concis et plein d’étrangeté parfois reste facilement abordable pour des collégiens.


[1]    JONQUET, Thierry, La Vigie, Flammarion, « Etonnants classiques », 2013, pour l’appareil critique de la présente édition, chapitre 1, page 27.

[2]    Ibid, p.28

[3]    Ibid, p.28

[4]    Ibid., p. 28

Les Voix de la lecture

Voici un compte-rendu de lecture de L’âge de raison de Jean-Paul Sartre que j’aimerais vous partager pour aborder le sujet de la voix, qui est au coeur de notre recherche. L’objectif étant d’entrevoir la portée de la voix à travers les paroles des personnages.

Voix de l’auteur, narrateur ou personnage ?

« Mathieu ne se réveillait pas, c’était un cauchemar blanc, voilà tout, les visages s’épanouissaient autour de lui, avec une suffisance rieuse et flasque, la plupart n’avaient pas l’air habitués, le mien (celui de l’auteur ?, c’est moi qui souligne) doit être comme ça, il doit avoir cette pertinence des yeux, des coins de la bouche et, malgré cela, on doit voir qu’il est creux... »1

Ce qui est intéressant dans ce passage c’est l’intrusion, plutôt inattendue, de l’auteur, ici Sartre, à travers le pronom possessif “mien” ayant pour référent le visage de l’auteur. Il y aurait beaucoup de choses à dire à ce propos, mais par delà les considérations physiques qu’on pourrait y apporter il est important de remarquer que l’auteur – alors qu’il ne s’agit pas au premier abord d’une œuvre autobiographique – s’identifie à son personnage Mathieu, le personnage central du roman, qu’il dépeint et présente avec beaucoup de justesse, si bien qu’on peut y voir, implicitement, la voix de l’auteur à travers celle de son personnage.

Enfin, dans l’expression et le groupe verbal modalisateur : « on doit voir », qui a pour sujet le pronom indéfini «on », il y est fait référence à une généralité et donc à tout type de personne et de “voix”. Ainsi, l’auteur se met à la place de l’autre pour prendre en considération le regard des autres sur sa personne.
La caractéristique principale de son visage donnée par l’adjectif qualificatif attribut « creux » semble donné, en plus de critère physique, une indication morale du personnage-auteur. Son visage serait « creux » c’est-à-dire vide, sans substance. Ce faisant, l’auteur -narrateur tenterait de pointer un sentiment d’insatisfaction à l’égard d’une vérité, inhérente à son être que le masque – ici mis en scène par la mimique du personnage (« pertinence des yeux, des coins de la bouche ») – ne peut résorber.

Etre ou paraître ?

« Pourtant, pensa-t-il, c’est bien vrai que je suis foutu. Autour de lui, c’était pareil il y avait des gens qui n’existaient pas du tout, des buées, et puis il y en avait d’autres qui existaient un peu trop. Le barman par exemple. Tout à l’heure, il fumait une cigarette, vague et poétique, comme un liseron ; à présent, il s’était réveillé, il était un peu trop barman, il secouait le shaker (…) il jouait au barman. »2

Autrement dit, les gens qui n’existent pas sont réduits à des “buées”. On peut se demander si ce qui les fait exister et leur donne consistance c’est uniquement leurs actions ou leur capacité à être porteurs de voix.

L’auteur va encore plus loin lorsqu’il donne à son personnage Mathieu cette pensée : ” Peut-être qu’on ne peut pas faire autrement ; peut-être qu’il faut choisir : n’être rien ou jouer ce qu’on est. Ca serait terrible, se dit-il, on serait truqués par nature.3 »

Il est des moments où un être, même fort en apparence et imperturbable – tel Mathieu, le personnage principal de ce roman, aux yeux des autres – peut se sentir faible et démuni face à une situation qui paraît – au premier abord – difficile voire insurmontable. Dans ces moments se reconnaître fragile peut être démoralisant, néanmoins ce constat permet de faire la vérité sur soi. Ainsi en va t-il de Mathieu dont l’auteur nous présente en ces termes le désarroi :

“Mathieu n’écouta plus, il avait honte devant cette image de la douleur. Ça n’était qu’une image, il le savait bien mais tout de même. (… ) . Je ne sais pas souffrir, je ne souffre jamais assez. Ce qu’il y a de plus pénible dans la souffrance, c’est qu’elle était un fantôme, on passait son temps à lui courir après, on croyait toujours qu’on allait l’atteindre et se jeter dedans et souffrir un bon coup en serrant les dents, mais au moment où l’on y tombait, elle s’échappait, on ne trouvait plus qu’un éparpillement de mots et des milliers de raisonnements affolés qui grouillaient minutieusement.”

Voix intérieures

“Ça bavarde dans ma tête, ça n’arrête pas de bavarder, je donnerais n’importe quoi pour pouvoir me taire. »

Voix intérieure et secrète mais d’une telle force poétique. A travers cette métaphore filée de la souffrance, ici personnifiée, Mathieu présente la souffrance comme quelque chose d’immatériel (« un fantôme », faite de « mots » et de « raisonnements »). De façon plutôt inattendue et paradoxale, une fois de plus, l’auteur – par l’entremise de son personnage – cherche à nous faire réfléchir et à nous dire que la souffrance en tant que telle n’a pas de sens, mais que c’est l’homme qui la génère, la provoque et par conséquent en est le seul responsable. Et de surcroît la souffrance la plus insupportable pour l’homme c’est celle contre laquelle il lutte intérieurement, sans pouvoir la maîtriser (« ça n’arrête pas de bavarder »). Continuer la lecture de Les Voix de la lecture