Vers le racontage…

Loin d’être un terme désuet et encore moins un néologisme, le “racontage”  si cher au professeur et poète Serge Martin renvoie à une action vivante et dynamique puisqu’elle redonne vie à une situation. Il est, en quelque sorte, comme une réappropriation d’un texte, d’une œuvre que l’on fait sienne par la voix qu’on lui (re)donne.

Je retranscris partiellement un début de séquence, en classe de seconde, consacrée à la tragédie classique.

J’avais choisi comme problématique la question suivante :

Comment, et pourquoi, le texte tragique met-il en scène des situations terribles et intolérables ?

Elle suppose – pour pouvoir y répondre – que les élèves aient lu la pièce avant (je leur ai demandé de l’acheter et de la lire pendant les vacances de Noël). Des collègues m’ont dit que c’était une pièce difficile en lecture intégrale. Probablement, mais je me dis qu’en la lisant ils seront capables de raconter en paraphrasant ce qu’ils ont perçu, saisi de la lecture. 

La séance 1 avait pour objectif de les amener à raconter le tragique pour eux aujourd’hui…

Séance 1 –  A la découverte du tragique…

Pourquoi peut-on dire que les héros présents dans ces images ont un destin tragique ?

Activité 1 : observer et décrire les images tirées de différents supports.

Ils devaient donc non seulement raconter ce qu’ils voyaient mais aussi ce qu’ils savaient de chaque histoire.

Films :

  • Nos étoiles contraires,
  • Titanic

Pièce : Roméo et Juliette de Shakespeare

Livre : Les misérables de Victor Hugo

Activité 2  : Répondez aux deux questions ci-dessous en argumentant.

 1) Qu’est- ce qui est tragique dans ces exemples ?

2)  Qu’est- ce qui caractérise un héros (ou héroïne) tragique ? 

__

Séance 2 – De l’Antiquité à l’époque classique : Deux extraits de tragédies

Quelle évolution a subi la tragédie au fil des siècles, quels changements sont notables dans l’écriture dramaturgique ?

 

Euripide, Médée (Vème s av JC) Corneille, Médée (1635)

 

1)    Pourquoi ces références à l’antiquité grecque ?

Parce que les auteurs classiques ont souvent imité les pièces antiques.

Ex : Pierre Corneille qui, pour écrire sa tragédie Médée, s’est inspiré de celle d’Euripide.

Att ! S’inspirer d’un auteur ne veut pas dire le copier mot à mot, comme nous allons le voir dans l’extrait de Médée de Corneille (inspiré d’Euripide) ci-dessous :

 

Euripide, Médée (Vème s av JC) Corneille, Médée (1635)
JASON (1398)Et alors tu les as tués!MÉDÉE (1398)C’est bien toi qu’ils anéantissent!JASON (1399 -1400)

Ô moi ! (se lamente)

Le visage chéri

De mes enfants, je demande,   pauvre de moi, à y poser les lèvres!

 

MÉDÉE (1401-1402)

Maintenant tu leur parles, maintenant tu leur montres de l’affection!

Avant, tu les rejetais!

 

JASON (1402-1403)

Laisse-moi, par les dieux,

Effleurer la tendre peau des petits!

 

MÉDÉE (1404)

C’est non! Ce sont des mots lancés en pure perte!

(Le char de Médée disparaît)

 

JASON (1405-1414)

Zeus, cela l’entends-tu? Comme je suis repoussé!

Comme je souffre à cause de l’infâme créature,

(1407) Cette lionne tueuse d’enfants!

(Regardant du côté où Médée a disparu)

Mais – et c’est tout ce que je peux encore faire –

Je pleure, j’en appelle aux dieux,

Je les prends à témoin qu’après m’avoir

Tué les petits, tu m’empêches de les

Effleurer et, de mes mains, ensevelir leurs corps.

Eux, jamais, moi qui les ai engendrés, je n’aurais dû

Les découvrir massacrés par toi!

(Jason s’écroule)

CORYPHÉE (1415-1419) (Sur le devant de la   scène)

De bien de circonstances l’ordonnateur en est Zeus Olympien.

Bien des événements, sans qu’on s’y attende, les dieux les   réalisent.

Ce qui était prévu ne s’est pas accompli.

À l’imprévu la divinité a ouvert la voie.

Ainsi vient d’aboutir cette action.

Médée
Va, bienheureux amant, cajoler ta maîtresse :
À cet objet si cher tu dois tous tes discours ;
Parler encore à moi, c’est trahir tes amours.
Va lui, va lui conter tes rares aventures,
Et contre mes effets ne combats point d’injures.Jason
Quoi ! tu m’oses braver, et ta brutalité
Pense encore échapper à mon bras irrité ?
Tu redoubles ta peine avec cette insolence.Médée
Et que peut contre moi ta débile vaillance ?
Mon art faisait ta force, et tes exploits guerriers
Tiennent de mon secours ce qu’ils ont de lauriers.Jason
Ah ! c’est trop en souffrir ; il faut qu’un prompt supplice
De tant de cruautés à la fin te punisse.
Sus, sus (veut le mal de Médée) brisons la porte, enfonçons la maison ;
Que des bourreaux soudain m’en fassent la raison.
Ta tête répondra de tant de barbaries.

Médée, en l’air

dans   un char tiré par deux dragons
Que sert de t’emporter à ces vaines furies ?
Épargne, cher époux, des efforts que tu perds ;
Vois les chemins de l’air qui me sont tous ouverts ;
C’est par là que je fuis, et que je t’abandonne
Pour courir à l’exil que ton change m’ordonne.
Suis-moi, Jason, et trouve en ces lieux désolés
Des postillons pareils à mes dragons ailés.
Enfin je n’ai pas mal employé la journée
Que la bonté du roi, de grâce, m’a donnée ;
Mes désirs sont contents. Mon père et mon pays,
Je ne me repens plus de vous avoir trahis ;
Avec cette douceur j’en accepte le blâme.
Adieu, parjure : apprends à connaître ta femme,
Souviens-toi de sa fuite, et songe, une autre fois,
Lequel est plus à craindre ou d’elle ou de deux rois.

 

(À   l’issue de cette tirade, Jason

prononce   un monologue désespéré et se tue)

 

 Activité 1  : Lisez les deux extraits et répondez aux questions ci-dessous en argumentant.

Correction

 

  1. Qui   est le Coryphée ?

 

2           A quoi correspondent les numéros entre   parenthèses ?
  1. Qui   la prononce-t-elle ?
  2. Qu’est   ce qui selon vous est « tragique » dans ce texte pourquoi ?
 3. Pourquoi la dernière réplique est en italique 3           Quels éléments Corneille a-t-il empruntés à   Euripide ?

 

Correction :

 

Pièce d’Euripide (Vème s av JC)

.      Le coryphée est le chef de chœur dans la tragédie et la comédie grecque antique. Il se situe au milieu de la scène et est chargé de guider les choreutes, de prendre parfois la parole au nom du chœur et de dialoguer avec le personnage en scène. Ici, il intervient à la fin pour récapituler introduire une morale (présent de vérité générale comme dans la fable)

.      Les numéros entre parenthèses correspondent à la numérotation des vers de la pièce d’Euripide.

Ce qui peut être considéré comme tragique dans ce texte c’est la souffrance, sans remède (mort des enfants, solitude, abandon), infligée (par Zeus) à Jason.

 

Pièce de Corneille (XVIIème s)

 

1.      La dernière réplique est en italique car c’est une didascalie qui a pour but d’annoncer au lecteur, et aux spectateurs, le sort final de Jason.

2.      C’est le narrateur, l’équivalent du coryphée dans la pièce d’Euripide

3.      Les principaux éléments que Corneille a empruntés à Euripide sont la mort des enfants, la cruauté de Médée et son char ; la mort de Jason plus majestueuse et tragique que dans celle d’Euripide.

 

Synthèse : Corneille reprend donc des éléments de la pièce d’Euripide mais la personnalise et la rend le personnage de Médée plus cruelle et plus impassible. Tout en étant tragiques  (à travers l’expression de leurs sentiments violents), ils paraissent plus humains.

 

Prolongement : qu’est ce qui fait du Jason de Corneille, en dehors de sa mort assumée et consentie (suicide), un héros tragique ?