Le métier de doctorant (e)

Journée d’études – Paris, le 25 septembre 2014

Vous trouverez ci-dessous le texte que j’ai présenté lors de la journée d’études qui  s’est déroulée à Paris, le 25 septembre 2014, sur “Le métier de doctorant.e en SHS” dans la salle du conseil A, R -1, bâtiment Le France (190-198, avenue de France, 75013 Paris).

Le programme était le suivant :

9h45

Introduction de la journée

10h

Axe   1 : Les doctorants, étudiants ou professionnels de la recherche ?

10h10

Être doctorant contractuel – Dominique  BRET MCF Sociologie de l’éducation, Paris 4 Sorbonne – ESPE de l’académie   de Paris

10h30

La place de la thèse dans un parcours  professionnel en formation d’adultes : Le double métier de   formateur-chercheur – Florence TARDIF BOURGOIN Doctorante CRF-Cnam et formatrice en travail social

10h50

Parcours entre l’anankè et la nébuleuse du  doctorat – Benoît TELLEZ Doctorant en Sociologie,  Université François Rabelais de Tours

11h10

Discutant :   Sébastien KAPP, EHESS/Université libre de Bruxelles

11h30

Discussion avec la salle

12h-13h

Pause

13h-13h15

Reprise de la journée

13h15

Axe 2 : Quels sont les espaces de travail des doctorants ?

13h20

Regards croisés sur le doctorat et ses  espaces de travail : une amorce de l’éthos de l’enseignant-chercheur – Marion  ROLLANDIN & François ALLARD-HUVER – Doctorants en Sciences  de l’Information et de la Communication, CELSA Paris Sorbonne

13h40

Espaces de travail du doctorant et enjeux  interrelationnels : la réflexivité en pratique – Magali ROUX DEMANGEDoctorante en Sciences  de l’éducation et de la communication, Université de Lorraine – École  doctorale Stanislas

14h

 Les   doctorants « chercheurs associés » à la BNF – Régis STAUDER, Responsable du   programme de l’appel à chercheur de la BNF

14h20

Rédiger une thèse dans le contexte africain : entre opacité et abus de pouvoir – Christian-Yann MESSE MBEGA   Géographie, Université de Reims

14h40

Discutant :   Lila BELKACEM, Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société

14h55

Discussion avec la salle

15h25

Pause

15h40

Axe   3 : Quelles sont les stratégies des doctorants pour préparer leur   insertion professionnelle ?

15h45

Réseaux et inégalités entre doctorants – Lina RIBEIRO, Doctorante en Didactique et sciences du langage, Université Sorbonne Nouvelle –  Paris 3

16h05

La Valorisation du parcours doctoral en SHS – Nadia CORDERO, Doctorante en Anthropologie, IEDES, Paris 1

16h25

Penser le doctorat de lettres comme parcours professionnel, entre bonnes pratiques et difficultés – Céline TORRENT, Présidente de l’Association Relisons

16h45

Discutante :   Delphine SERRE, Professeure Université Paris 1 – CSE/EHESS

17h

Discussion avec la salle

17h30

Conclusion de la journée

Pour des raisons professionnelles je n’ai pas pu assister aux présentations de la matinée : j’ai commencé directement par le troisième axe qui concernait ma présentation sur les Réseaux et inégalités entre doctorants.

Les aléas du parcours doctoral

Que signifie être doctorant(e) de nos jours ? N’y a-t-il que des risques qu’il nous incombe  de surmonter ou bien ne peut-on pas, envers et malgré tout, y trouver quelques avantages ?

Ce qui a motivé mon intervention c’est une remise en question, cet été, de mon propre parcours doctoral. J’ai pris conscience que c’était un travail exigeant qu’il fallait mener souvent seul (e) et que, face à certaines difficultés, l’on pouvait ressentir le besoin d’abandonner.

Des inégalités disciplinaires

Parmi les différents risques que l’on peut recenser, le plus crucial étant bien évidemment l’impossibilité d’aller jusqu’au bout de son travail de recherche. Cet abandon qui, malheureusement, est le lot d’un grand nombre d’étudiants touche majoritairement le public féminin, selon un rapport du Céreq[1] intitulé « Les déterminants de l’abandon de thèse » datant de décembre 2003. Parmi les différentes raisons que l’on a pu recensées, « avoir des enfants » entre en ligne de mire et est de surcroit, « beaucoup plus pénalisant pour les doctorantes » – je cite – « que pour leurs homologues masculins ». Vient ensuite la spécialisation qui est aussi un paramètre important et qui, comme le souligne ce rapport du Céreq, le « taux d’abandon en cours de thèse est globalement de 27 % mais avec de grandes disparités entres filières scientifiques (12 %) et filières non scientifiques (51 %). Au sein de ces deux groupes des disparités importantes sont également observées. Il existe peu de différences de genre. Ces taux sont respectivement de 25 % et 31 % pour les hommes et pour les femmes. Pour les scientifiques, le taux d’abandon est de 13 % pour les hommes et de  9 %  pour les femmes. Pour les filières non scientifiques, les taux correspondants sont de 50 %  et  52 % (effet de structure important par disciplines). L’origine sociale semble avoir peu d’influence sur le taux d’abandon (même au sein de chaque filière). »

On constate donc un taux d’abandon plus important dans filières non scientifiques : ce taux étant toutefois supérieur chez les femmes ; alors qu’il est légèrement inférieur à celui des hommes dans les filières scientifiques.

Des chiffres parlants : résultats de l’INSEE

De la même manière, dans le domaine professionnel, les femmes ne sont pas présentes dans tous les secteurs, « Contrairement aux hommes qui travaillent dans la plupart des secteurs, les femmes travaillent majoritairement dans les métiers des services à la personne et du social, des professions intermédiaires de la santé, de l’éducation et de l’enseignement. Autant de métiers anciens et stéréotypés qui font généralement appel à des aptitudes féminines socialement construites : dévouement, douceur, patience. Ainsi, on compte 99 % de femmes assistantes maternelles contre 5 % de femmes chauffeurs ! [2]»

Si on résume, il y aurait des professions pour les femmes et d’autres pour les hommes, et par conséquent une absence de choix véritable. Ce qui est paradoxal c’est que, comme le souligne Annie Poullalié dans son article intitulé « La représentation des métiers est-elle sexuée ? » (publié sur le site « Les metiers.net »), « malgré de meilleurs résultats scolaires et un taux d’emploi élevé (61%), les femmes occupent 2/3 des emplois non qualifiés. En outre, elles sont nettement sous-représentées dans les fonctions d’encadrement et les postes à responsabilité. [3]»

Le sens commun veut que ce soit une différence de nature, ou de sensibilité, qui explique cette classification plus qu’une question de compétences. Quant à la question de l’expérience, ce serait un argument de faible envergure puisque celle-ci, non innée, s’acquiert sur le terrain bien souvent et sur la durée.

Elle ajoute encore que : « La différence entre les hommes et les femmes est ici plutôt à rechercher du côté de leur différence d’expériences et d’apprentissages. Au masculin sont associées des activités socialement valorisées laissant la place au commandement, à l’autonomie et à la création, tandis que les activités de service, de soin, d’assistance et de soutien psychologique sont liées au féminin…[4]»

Cette question de la ségrégation professionnelle – fortement débattue depuis des années – n’a rien de novateur, elle n’en reste pas moins réelle et foncièrement inégalitaire, en vertu des pseudo-arguments souvent avancés. À ce propos, la sociologue Catherine Marry, directrice de recherche au CNRS, affirme que « le sexe des métiers est lié aux qualités présupposées biologiques que l’on attend selon le genre : on s’imagine les hommes forts, courageux et résistants. Aux femmes sont attribuées les qualités de la douceur, l’altruisme ou la rigueur…[5]»

Autrement dit, et pour résumer de façon sommaire, une femme ne serait pas résistante, et donc non-endurante : elle le prouve lorsqu’elle renonce, par exemple, à achever sa thèse pour s’occuper de son enfant ; mais elle aurait – contrairement à l’homme – de la rigueur. Cette qualité, qui n’est pas à déconsidérer, peu s’en faut, et que l’on retrouve aussi chez certains hommes, est requise dans tout emploi, à commencer par celui qui nous tient à cœur aujourd’hui, celui de doctorant et doctorante, car oui quelques femmes osent tenter cette belle aventure, certes parsemée d’embûches et entretenue par maintes incertitudes de finalités et d’aboutissement.

Faire le bon choix 

Pourquoi ? Parce que toutes les filières n’ont pas les mêmes débouchés ou, pour le dire autrement, les mêmes opportunités. Certains secteurs – tel que les mathématiques – seraient en effet plus intéressants en matière d’insertion et de valorisation professionnelle. Il y a donc de fortes inégalités interdisciplinaires mais aussi intradisciplinaires. Doit-on par conséquent, lorsque l’on décide de faire une thèse, choisir la filière qui offre le meilleur taux de réussite, au détriment de ce qui nous intéresse et motive notre choix ?

Des risques inévitables

L’abandon d’une thèse en cours, semble conforter l’idée que les femmes ne pourraient pas prendre en charge les mêmes secteurs professionnels que les hommes, ni endosser les mêmes responsabilités. Embaucher une femme serait donc un risque potentiel pour un employeur. Une femme est plus vulnérable, n’a pas la même endurance, la liste serait longue…Et si tout ce discours se résumait à un amalgame de préjugés et de présupposés, que la société a bâtie – et auxquels les femmes ont adhéré – sans arguments propres à détrôner la notoriété des hommes.

D’après le rapport du Céreq de décembre 2003, cité précédemment, « les étudiants de troisième cycle le savent bien : écrire la thèse qui permettra de devenir docteur de l’université est un travail exigeant qui demande une certaine opiniâtreté… Tout doctorant a exprimé cette envie de tout laisser tomber, à un moment ou à un autre de sa thèse. Une partie d’entre eux, d’ailleurs, passe à l’acte. Qui sont ces doctorants jamais devenus docteurs ? »

Un parcours difficile et exigeant

Les doctorants qui s’engagent sur cette voie le font en vue d’une insertion professionnelle. Toujours selon le même rapport du Céreq posséder une thèse constitue un réel avantage dans le milieu professionnel, elle donne même droit à un bénéfice salarial en cas d’abandon d’une thèse en cours, sauf dans la filière LSH (Lettres et Sciences Humaines). Il faut quand même conserver une forte confiance en l’avenir et entretenir sa motivation pour parvenir à ce statut de docteur (e), quelles que soient les difficultés rencontrées.

Ce qui ne signifie pas néanmoins qu’un doctorant aura à cheminer complètement seul. Guidé dans ce parcours par un directeur, voire un co-directeur, il devra – pour tenir et arriver au terme – se constituer son propre réseau de doctorants et autres chercheurs. Les enseignements (séminaires notamment) ; mais aussi les journées d’études, les colloques et les associations permettent aux doctorants d’intégrer la sphère académique et sont autant d’occasions propices à des rencontres et des partages avec d’autres collègues autour des mêmes difficultés, car elles ne sont pas moindres.

À ce propos, on peut citer le Rapport sur les conditions de vie et de travail des doctorants, du département Sciences Humaines et Sociales et Arts, de l’École doctorale de l’Université Européenne de Bretagne, publié en 2010, qui fait état de ces difficultés, à commencer par celle du financement. Suivent de près « le manque de reconnaissance à travers un sentiment de non-valorisation de leurs compétences et le manque de temps à consacrer au projet doctoral. »

Il faut également signaler que la durée d’une thèse, qui va de trois à six ans, avec quatre ans en moyenne, peut être un facteur de découragement.

Une nécessaire motivation

Toutefois, il est à propos de s’interroger sur cette motivation des étudiants qui continuent, de plus en plus nombreux, à s’inscrire en doctorat ; en se demandant pourquoi ? Car, si de nos jours faire une thèse ne revêt que des inconvénients à quoi bon s’y risquer ? À moins d’avoir la passion des études et du temps gratuit à donner.

Être doctorant aujourd’hui est perçu par beaucoup comme une simple poursuite d’études qui mènera encore à un dernier diplôme. Oui, certes, mais à quoi servirait ce diplôme s’il n’aboutissait pas, en phase finale, à un métier ?

Le doctorant, qui s’engage sur cette voie, devra en effet affronter toutes sortes de difficultés : choix du sujet, recherche d’un directeur et éventuellement la possibilité d’un financement ou d’un contrat doctoral.

Le Rapport sur les conditions de vie et de travail, cité ci-dessus, insiste sur les contraintes inhérentes au parcours doctoral, qui contraignent beaucoup de doctorants à renoncer à leurs travaux de recherche. La plupart du temps, comme on l’a dit plus haut, pour une question financière, mais aussi par manque de motivation et de persévérance.

Un métier qui s’apprend…

L’hypothèse que l’on pourrait avancer serait par conséquent que ce parcours, en apparence solitaire, ne pourra aboutir sans un effort de « socialisation », pour reprendre le terme de Sébastien Kapp, qui affirme que « le thésard est en effet souvent moins isolé qu’on ne le dit et ses angoisses éventuelles […] tiennent très souvent à des problèmes d’organisation. » (KAPP, 2012)

Les travaux d’Adorno et de Didi-Huberman, peuvent également nous aider à mieux cerner ce « métier de doctorant », à travers ce qui lui donne sens : à savoir la rédaction d’une thèse. Or, comme l’a encore affirmé le doctorant Sébastien Kapp : « Ecrire ne s’improvise pas, cela s’apprend, et c’est en se socialisant qu’on l’apprend.» (KAPP, 2012)

« S’il arrive que tu tombes

apprends vite

à chevaucher ta chute

que ta chute

devienne cheval

pour continuer

le voyage… » (non lu)

Ces paroles du poète Frankétienne[6], citées par le professeur Serge Martin dans son blog « Voix et Relation [7]», rendent bien compte des enjeux rédactionnelles d’une thèse. Écrire est une épreuve et en même temps la preuve d’un aboutissement. La thèse d’un doctorant est en effet comparable à la rédaction d’un essai : forme qui se cherche et qui apprend à s’ajuster en vue de former un tout « harmonieusement agencé » pour reprendre ma reformulation d’un extrait de texte de Georges Didi-Huberman dans Remontages du temps subi. L’œil de l’Histoire, 2, Paris, Minuit, “Paradoxe”, 2010, pp. 93-95. (non lu)

Un doctorant doit donc – comme tout étudiant – apprendre à rédiger et à s’organiser, sans jamais se décourager, pour gérer au mieux le temps qu’il lui est alloué, en gardant présent à l’esprit cette affirmation d’Adorno, qu’une thèse, comme, « l’essai néglige moins la certitude qu’il ne renonce à son idéal. C’est dans son avancée, qui le fait se dépasser lui-même, qu’il devient vrai, et non pas dans la recherche obsessionnelle de fondements, semblable à celle d’un trésor enfoui. »

Il est donc tout à fait possible pour un doctorant, de s’inscrire dans une communauté scientifique vivante et mener à terme son travail de thèse, grâce à un véritable investissement, qui demande rigueur et persévérance. Mais il ne faut pas oublier la part des inégalités : car tout n’est pas seulement question de motivation individuelle mais aussi collective (le réseau), et les structures dans lesquelles la thèse s’inscrit ont également leur rôle à jouer sur l’aboutissement d’une thèse.

 

Lina Ribeiro

Doctorante à Paris 3 (Sorbonne-Nouvelle)

 


[1] Philippe Moguérou, Jake Murdoch et Jean-Jacques Paul, « Les déterminants de l’abandon de thèse », Rapport du Céreq, « La mobilité professionnelle des jeunes docteurs », Relief 2, décembre 2003.

[3] Ibid.

[5] Ibid.

[6] Frankétienne (texte repris dans Intranqu’îllités n° 3, éditions Zulma) – http://ver.hypotheses.org/1122 – consulté le 05/09/2014.

[6] http://ver.hypotheses.org/1122 consulté le 05/09/2014.

[7] http://ver.hypotheses.org/1122 – consulté le 05/09/2014.

[8] http://ver.hypotheses.org/1122 consulté le 05/09/2014.

Après avoir parlé pendant vingt minutes, j’ai pu entendre les dernières intervenantes :

16h05 – La Valorisation du parcours doctoral en  SHS – Nadia CORDERO, Doctorante en Anthropologie, IEDES, Paris 1

Elle a abordé les questions d’intégrations et de difficultés de parcours de certains doctorants étrangers.

16h25 – Penser le doctorat de lettres comme  parcours professionnel, entre bonnes pratiques et difficultés – Céline TORRENT, Présidente de l’Association Révisons.

Elle a relaté les expériences de certains doctorants partis à l’étranger et les opportunités qui leur étaient offertes. Elle a également rappelé que les associations étaient des lieux de socialisation.

16h45 – Discutante :   Delphine SERRE, Professeure à l’Université Paris 1 – CSE/EHESS

Elle a conclu en disant que l’écart homme/femme au niveau des opportunités des postes à responsabilité se réduisait et allait en se normalisant.

17h – Discussion avec  la salle et clôture à 18h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.