« Singularités francophones »

Le choix du pluriel pour un tel titre n’est pas anodin, la pluralité vise ici la diversité des individualités scripturales, porteuses d’altérité et héritières d’une géopoétique qui leur est propre.

Le terme de « francophones » au détriment de l’adjectif françaises, semble plus adapté au sujet – d’ordre linguistique – et qui, par conséquent fait référence au discours spécifique de chaque auteur, avec ses intonations, son rythme, ses accents et son énonciation.

Choix volontaire, non imposé de l’extérieur mais de l’intérieur comme une condition discursive nécessaire pour être entendu et donc compris ?

Manifestation d’un désir d’intégration, la langue francophone assimilée et adoptée devient plus qu’un outil de communication pour l’auteur : elle lui permet d’entrer en relation avec l’altérité. Choisir d’écrire en français aujourd’hui serait un moyen pour un auteur venu d’ailleurs d’être en résonance par sa voix avec l’autre, qui devient proche par et dans le langage.

Par delà la transmission d’une identité singulière, cette transmutation linguistique s’avère être une aventure, dont l’issue sera incertaine. Enjeu capital en raison du risque de la perte d’une authenticité initiale : ce basculement linguistique ne ternira-t-il pas la beauté originelle et originale du texte.

Ce choix est enfin comme un prolongement de soi et une ouverture vers des possibles inédits ; une porte ouverte donnant accès à un éventail des dénominations inassouvies.

Voix venues d’ailleurs, contextualisées dans un ici et maintenant étranger, actualisées par la langue.

Volonté de conformisme et de conformité translinguistiques, ces “singularités francophones” n’en restent pas moins empreintes de trans-subjectivité française inédites, qui témoignent d’une conscience, d’une culture et d’une historicité à la fois singulière et plurielle. Patrimoine à la fois nouveau et ancien, la francophonie est une voix qui enrichit et met en relation.